•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ne nourrissez pas les coyotes, rappelle la Commission des parcs de Vancouver

Un coyote dans les bois, le 11 juin 2021.

Photo d'un coyote prise par une caméra activée par un détecteur de mouvement dans le parc Stanley de Vancouver.

Photo : Offerte par Kristen Walker

Radio-Canada

À l’approche de la saison de reproduction des coyotes, la Commission des parcs de Vancouver rappelle aux résidents de ne pas nourrir ces animaux sauvages. La sécurité de l'espèce, mais aussi de la population en dépend, dit la Commission.

Les coyotes seront plus actifs pendant cette période, durant laquelle ils chercheront de la nourriture et créeront des tanières pour leurs petits, ce qui signifie qu'un plus grand nombre de Vancouvérois pourraient en rencontrer, prévient la Ville.

Il n’y a aucune raison d’abattre les coyotes si la population les évite, soutient Dana McDonald, coordinatrice de la gestion de l’environnement à la Commission des parcs de Vancouver.

« Si vous nourrissez un coyote, vous êtes probablement en train de le détruire. »

— Une citation de  Dana McDonald, coordinatrice de la gestion de l’environnement à la Commission des parcs de Vancouver
Une femme marche devant une pancarte annonçant la fermeture du parc.

Des panneaux sont installés près de sentiers fermés après une série d'attaques de coyotes dans le parc Stanley à Vancouver, en Colombie-Britannique, le mercredi 7 juillet 2021.

Photo : CBC/Ben Nelms

45 attaques en 1 an

L’augmentation du nombre d’attaques de coyotes que la Ville a connue l’an dernier est une conséquence des résidents qui les nourrissent, affirme Dana McDonald. À cela s'ajoutent sans doute les changements de comportements de la population liés à la pandémie, ajoute-t-elle.

Les gens vont dans différentes parties du parc à différents moments de la journée, ce qui a pu perturber les populations de coyotes, et aussi, on a vu plus de gens dans le parc, qui y passaient aussi plus de temps et nourrissaient les animaux sauvages, explique-t-elle.

Entre décembre 2020 et décembre 2021, 45 attaques de coyotes ont été signalées au parc Stanley, alimentant le débat sur leur euthanasie. Le service des agents de conservation de la Colombie-Britannique a dû en abattre 11. Depuis, aucune attaque n’a été signalée.

Sans ce lien, on peut garder les coyotes en sécurité et vous pouvez vous protéger, dit-elle.

Des bébés coyotes.

Janvier à juin est la saison de reproduction des coyotes. Les coyotes pourraient être plus actifs et plus affirmés pendant cette période, en particulier pour protéger leur tanière et trouver de la nourriture pour leurs petits.

Photo : Commission des parcs de Vancouver

Les Vancouvérois sont plus à même de rencontrer des coyotes dans de grands secteurs boisés, comme le parc Stanley, ou encore sur les terrains de golf, selon Dana McDonald.

Des conseils pour les Britanno-Colombiens qui en rencontrent : faire du bruit et se faire plus grand (par exemple avec les bras ou un sac à dos) pour les effrayer. S’ils ne reculent pas, appeler la ligne provinciale RAPP (Report All Poachers and Polluters) au 1 877 952-7277.

Protéger les coyotes, ça signifie qu’on a tous une part du travail à faire pour que les animaux et la population puissent profiter des espaces verts sans interactions négatives, dit Mme McDonald.

Avec les informations de l'émission de radio The Early Edition

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !