•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ancienne candidate de Québec solidaire rejoint Éric Duhaime

Chargement de l’image

Luce Daneau sera candidate du Parti conservateur du Québec dans la circonscription de Johnson aux prochaines élections provinciales.

Photo : YouTube

Chargement de l’image

Luce Daneau, qui s’est présentée deux fois sous la bannière solidaire, annonce qu’elle tentera de se faire élire aux prochaines élections sous les couleurs du Parti conservateur du Québec, dans la circonscription de Johnson, selon ce qu’a appris Radio-Canada.

Très honnêtement, dans l’ancien paradigme, je n’aurais jamais cru que j'attirerais des gens de Québec solidaire (QS), dit Éric Duhaime. Mais avec le nouveau clivage créé par la pandémie, c’est possible.

Luce Daneau milite avec QS depuis sa fondation et elle a mis sur pied l’instance Québec solidaire Drummond. Elle est orthopédagogue et propriétaire de la Clinique d'évaluation professionnelle et de rééducation des apprentissages à Drummondville. Au moment d’écrire ces lignes, toutes ses publications avaient été effacées de sa plateforme Twitter.

Le chef du PCQ estime que la population est maintenant divisée entre ceux qui veulent garder leurs droits civiques et ceux qui font confiance au gouvernement pour rester en sécurité.

Chargement de l’image

Éric Duhaime, chef du Parti conservateur du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le PCQ dénombre aujourd’hui 54 000 membres, selon M. Duhaime. S’il comptait d’emblée garnir ses rangs de gens qui ont choisi la CAQ au dernier scrutin, il souhaite aussi aujourd’hui aller chercher des votes chez les électeurs plus à gauche de l’échiquier politique.

J’observe qu’il existe une aile un peu plus hippie chez QS qui prône le vivre et laisser-vivre que je peux rallier. Il y a aussi des artistes qui se sont sentis laissés de côté pendant la pandémie et des gens qui se sont retrouvés dans les convois de la liberté.

Le chef conservateur admet que ce sera un défi de réconcilier les idées des candidats de son parti au lendemain de la pandémie. On s’entend tous sur les priorités, notamment qu’il faut réparer les impacts de la crise et rebâtir le système de santé, dit-il. Mais il faut faire une place pour les gens qui pensent différemment. Ils vont peut-être nous amener une sensibilité qu'on n'avait pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !