•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Formula Woman, l’occasion en or qu’a saisie Isabelle Tremblay

Montage photo d'Isabelle Tremblay qui pose devant un véhicule de Formula Woman.

Isabelle Tremblay a adopté le mode de vie des pilotes professionnels ces derniers mois dans l'espoir d'en devenir une très prochainement.

Photo : Radio-Canada / Montage photo : Yosri Mimouna

Connaissez-vous Formula Woman? C'est une compétition de course automobile réservée aux femmes. À l'enjeu : quatre places de pilote au sein de l'écurie McLaren dans le championnat GT4, un circuit professionnel presque exclusivement masculin.

Une cinquantaine de pilotes en provenance des quatre coins du globe participeront aux finales qui s'amorcent mardi, en Angleterre. Parmi elles, on retrouve la Gatinoise Isabelle Tremblay, une passionnée de course automobile depuis des lustres.

Pendant la pandémie, je cherchais à savoir si j'étais la seule femme qui avait le goût de conduire. Est-ce qu'il y avait une possibilité quelque part que je puisse trouver d'autres femmes, comme moi, qui avaient cette passion-là?, raconte-t-elle.

Aujourd'hui, plus que jamais, la perspective d'en faire une carrière semble bien réelle grâce à Formula Woman. La compétition en est à sa deuxième édition, mais la première remonte à 2004.

Près de deux décennies plus tard, ce sont plus de 800 femmes qui se sont inscrites à l'échelle mondiale. À la suite des qualifications organisées l'automne dernier, il ne reste plus que la crème de la crème des pilotes, dont Isabelle Tremblay.

Ce n'était pas nécessairement une question de vitesse, c'était vraiment de pouvoir contrôler la voiture, avoir un bon équilibre et pouvoir aller chercher le bon apex et la bonne accélération. Tous ces points-là étaient notés, explique la principale intéressée.

Une vingtaine de finalistes posent pour la caméra autour d'une voiture Formula Woman.

Après la deuxième journée de compétition, le nombre de participantes sera réduit de 50 à 10.

Photo : Gracieuseté : Isabelle Tremblay

Depuis qu'elle s'est qualifiée pour les finales, Isabelle s'entraîne très fort chaque jour, notamment avec des séances au centre intérieur Top Karting, à Gatineau.

Outre le go-kart, la course à pied, le yoga, des tests de rapidité à l'ordinateur pour aiguiser ses réflexes et des rencontres virtuelles avec une psychologue sportive font partie de son quotidien.

Il n'y a pas une journée que je ne pense pas à Formula Woman. Je pense à mon bien-être intérieur, je veux avoir un équilibre dans tout ça, performer et me surpasser, insiste-t-elle.

La femme de 50 ans a même aménagé un simulateur de course dans son garage, où elle se pratique sur des trajets bien réels sur lesquels elle pourrait prendre le volant.

J'ai commencé à apprendre toutes les pistes du championnat GT4 où les gagnantes vont aller avec la McLaren 570S, précise cette passionnée de voitures.

Des liens pour la vie

Quoiqu'il arrive sur les pistes anglaises du 2 au 4 mars, Isabelle gardera un bon souvenir de son expérience.

Chose certaine, ses nouvelles connaissances n'auront pas été acquises en vain. La Gatinoise prévoit contribuer à former la prochaine génération de femmes pilotes au Canada.

« Il y a tellement de belles rencontres. C'est une communauté, puis ça nous permet de nous dire qu'on a le droit de conduire [et] de faire ce qu'on aime dans la vie. »

— Une citation de  Isabelle Tremblay, finaliste de la compétition Formula Woman

Déjà qu'on me disait que j'étais trop vieille quand j'ai commencé... Ça m'aurait tellement donné des ailes à ce moment-là, alors tout ce que je suis en train d'apprendre là, je veux le redonner aux autres, confie la pilote.

Mais avant de penser aux autres, il y a un titre de Formula Woman et une occasion de signer un contrat professionnel qui sont en jeu. Lors des qualifications, Isabelle Tremblay avait établi le meilleur chrono en go-kart, de quoi lui donner confiance pour les finales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !