•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alberta : 169 possibles sépultures au pensionnat pour Autochtones de Grouard

Photo d’archive de l’évêque Émile Grouard avec des écoliers en 1924.

La Première Nation de Kapawe'no pense avoir trouvé des preuves de 169 sépultures potentielles sur le site de l’ancien pensionnat pour Autochtones de Grouard. Cette photographie d'archive montre l’évêque Émile Grouard avec des écoliers, vers 1924.

Photo : Offert par l'archidiocèse catholique de Grouard-McLennan

La Première Nation de Kapawe'no annonce la découverte de 169 possibles sépultures sur le site de l’ancien pensionnat pour Autochtones de Grouard, aussi connu sous le nom de Mission St. Bernard, en Alberta.

C’est la pointe de l’iceberg pour découvrir notre vérité, a déclaré le chef de la Première Nation de Kapawe'no, Sydney Lee Halcrow. Nous entamons aujourd’hui notre processus de guérison.

Sa nation a demandé que des recherches avec radar pénétrant soient effectuées sur le site de l’ancien pensionnat, l’été dernier, une décision motivée par la découverte des sépultures possibles de 215 enfant à Kamloops.

La première phase de l’enquête menée par l'Institut d’archéologie autochtone et des Prairies de l'Université de l’Alberta a eu lieu sur 3696 mètres carrés, dans des zones identifiées par des survivants du pensionnat et des archives.

« Nous sommes éternellement reconnaissants de leur courage et sacrifice. Ces découvertes confirment leur vécu. »

— Une citation de  Sydney Lee Halcrow, chef de la Première Nation de Kapawe'no

Les 169 anomalies ont été révélées à quatre endroits autour du pensionnat par les technologies radars et de drones spécialisés : au cimetière communautaire, près de l’église, près de l'ancienne résidence des religieuses et près d'une vieille cave à légumes.

Première phase des recherches

Zone

sépultures possibles

sépultures probables

sépultures très probables

Définition

Possible, mais incertain : plus d'analyse est nécessaire.

Plus possible, mais une confirmation est nécessaire pour améliorer la certitude du résultat.

Très probable, car deux techniques ont été utilisées pour déterminer qu'il s'agissait d'une sépulture. Seul moyen d'avoir un résultat plus certain est l'exhumation.

Cave à légumes

21

0

0

Église

3

0

0

Dortoir des religieuses

8

22

0

Cimetière communautaire

0

107

8

Total : 169

32

129

8

La grande majorité des anomalies proviennent du cimetière communautaire, selon le rapport (en anglais) (Nouvelle fenêtre) de l’Institut.

Ce dernier recense dans ce secteur 115 anomalies partageant des similitudes avec les tombes anonymes. La zone du dortoir des religieuses en compte 30; celle de la cave à légumes, 21; et celle de l’église, 3.

Des écrits localisent beaucoup de dépouilles d’enfants décédés lors de leur séjour au pensionnat à cet endroit, selon Kisha Supernant, directrice de l'Institut d’archéologie autochtone et des Prairies de l'Université de l'Alberta.

Photo d’archive du pensionnat pour Autochtones de Grouard.

L’Église catholique romaine gérait le pensionnat pour Autochtones de Grouard, aussi connu sous le nom de Mission St. Bernard, de 1894 à 1961.

Photo : Archives Deschâtelets-NDC

La Première Nation de Kapawe'no peut entamer des travaux pour confirmer si ces anomalies sont des tombes anonymes sans exhumer les dépouilles, comme l'explique Kisha Supernant. Cette dernière n'a toutefois aucun doute à ce sujet : Les enfants [envoyés] à cette école ne revenaient pas à la maison. Nous n’avons pas besoin de radars à pénétration de sol pour le savoir.

Le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) dénombre 10 décès d'enfants au pensionnat de Grouard.

L’établissement, fondé en 1894 par l’Église catholique romaine, a fermé ses portes en 1961.

Dans les années 1940, l'école a établi un bâtiment de formation manuelle axé sur l'artisanat autochtone. L'école comptait un grand nombre d'étudiants métis : en 1949, ils représentaient la moitié des étudiants en résidence, selon le CNVR.

Une recherche en trois étapes

Une deuxième et une troisième phases sont prévues pour les recherches. Les zones qui se trouvent près de l'église anglicane, des structures historiques de la Gendarmerie royale du Canada – à l'époque la Police à cheval du Nord-Ouest – et celles situées près d'autres agences autochtones à Grouard seront passées au crible.

Le début de la phase deux du projet débutera avec des consultations communautaires en mars, a fait savoir le chef Sydney Lee Halcrow.

Le chef Sydney L. Halcrow, le grand chef Arthur Noskey et Kisha Supernant en conférence de presse devant une affiche où il est écrit en anglais : tous les enfants comptent.

L'annonce de cette sombre découverte a été faite mercredi par le Chef Sydney L. Halcrow de la Première Nation Kapawe'no (au centre), le Grand Chef du Traité 8, Arthur Noskey (à droite) et la directrice de l'institut d'archéologie des prairies et des Autochtones de l'Université de l'Alberta, Kisha Supernant (à gauche).

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, et son ministre aux Relations avec les Autochtones, Rick Wilson, ont publié un communiqué à la lumière des résultats de la première vague d’efforts pour trouver des tombes anonymes à Grouard.

La découverte d'anomalies correspondant à des tombes anonymes sur le site d'un ancien pensionnat près de High Prairie nous rappelle la probabilité qu'il y ait des tombes anonymes d'enfants et de jeunes Autochtones sur de tels sites à travers la province, affirme le communiqué.

Le discours du Trône de la semaine dernière a réitéré le désir de la province d’ériger un monument commémoratif aux victimes et survivants des pensionnats pour Autochtones à l’Assemblée législative de l’Alberta, ont-ils tous deux soulignés.

Aide et soutien

Une ligne téléphonique bilingue d'aide aux anciens résidents des pensionnats pour Autochtones et aux personnes touchées par les pensionnats offre du soutien psychologique et fournit des références pour l'obtention d'aide. Elle est disponible 24 heures sur 24 au 1 866 925-4419.

La Ligne d'écoute d'espoir pour le mieux-être (Nouvelle fenêtre) apporte une aide immédiate à tous les membres des peuples autochtones, avec des conseillers sensibilisés aux réalités culturelles, au téléphone (1 855 242-3310) ou par clavardage. De l'aide est également offerte sur demande en cri, en ojibwé ou en inuktitut.

Espaces autochtones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !