•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conseiller municipal de Yellowknife censuré pour ses propos racistes

Le conseiller municipal de Yellowknife Niels Konge lors d'une réunion.

Lundi, les conseillers municipaux de Yellowknife ont adopté à majorité une motion de censure visant le conseiller Niels Konge pour les propos racistes qu'il a tenus en septembre.

Photo : CBC

Radio-Canada

Réunie en conseil municipal, lundi soir, la Ville de Yellowknife a adopté à majorité une motion de censure visant le conseiller Niels Konge après qu’il a tenu des propos racistes.

Cette décision survient après la publication d’un rapport du commissaire à l’intégrité de Yellowknife qui a été entrepris après la réception de six plaintes de Ténois. Le commissaire a conclu que Niels Konge a violé le code d’éthique du conseil en comparant l’obligation vaccinale et la situation critique des commerces locaux à la ségrégation raciale et à la rafle des années 1960.

Neils Konge s'est par la suite excusé en disant qu’il n’avait jamais eu l’intention de blesser qui que ce soit.

La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty, a néanmoins affirmé que le conseiller municipal devrait être censuré pour avoir violé le code d’éthique. « Même s’ils n’étaient pas intentionnellement racistes, les commentaires présentaient une forme de racisme qui ne peut pas être toléré par la Ville de Yellowknife, a-t-elle dit. J’accepte ses excuses et je suis heureuse qu’il veuille bien suivre une formation contre le racisme. »

La mairesse de Yellowknife lors d'une entrevue avec CBC.

La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty

Photo : CBC / Randall McKenzie

Le 27 septembre, lors d’une réunion d’un comité qui se penchait sur un emplacement possible pour un refuge de jour temporaire, Niels Konge a fait un rapprochement entre les difficultés que rencontrent les entrepreneurs locaux et la rafle des années 1960. À l'époque, le gouvernement du Canada a arraché à leur foyer des milliers d’enfants autochtones pour les faire adopter par des familles le plus souvent non autochtones.

7 des 8 conseillers municipaux en accord avec la motion

La conseillère municipale Shauna Morgan est l’une des membres du conseil qui s'est prononcée en faveur de la censure, qui, selon elle, établit une distinction équitable entre la nature des commentaires inappropriés et le caractère de la personne qui les a prononcés.

 Il est important de garder en tête qu’il n’est pas question d’étiqueter des personnes comme étant racistes, a-t-elle souligné. L’idée est d’identifier quand quelque chose d’inapproprié survient.

A contrario, le conseiller Steve Payne s’est opposé à la motion de censure, arguant que les propos de Niels Longe n’étaient à son avis pas délibérément malveillants. Il est le seul des huit conseillers de la Ville à s’être positionné en défaveur de cette mesure.

Nous nous réunissons ici de semaine en semaine, commentant parfois certaines choses, dont tout ce qui se passe en ville, et nous travaillons sous la pression, a-t-il dit. Parfois, nous nous exprimons mal.

Niels Konge n’a pas fait de commentaires au sujet de la motion de censure durant la réunion municipale.

Avec des informations de Julia Peterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !