•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des terminaux du service Internet Starlink, d’Elon Musk, sont arrivés en Ukraine

Chargement de l’image

Elon Musk a répondu personnellement sur Twitter à la demande d'un ministre ukrainien.

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

Une cargaison de terminaux du service Internet par satellite Starlink, d'Elon Musk, est arrivée lundi en Ukraine, selon un ministre ukrainien qui en avait fait la requête au milliardaire sud-africain.

Le réseau de satellites Starlink pourrait ainsi aider à apporter une connexion Internet dans les zones frappées par les assauts de l'armée russe, qui a envahi l'Ukraine.

Starlink est arrivé. Merci Elon Musk, a écrit dans un gazouillis le vice-premier ministre ukrainien, Mykhailo Fedorov, responsable du secteur numérique du pays, avec une photo d'un camion transportant des terminaux Starlink.

Je vous en prie, a répondu le fondateur de SpaceX sur le réseau social.

Samedi, Mykhailo Fedorov avait interpellé Elon Musk sur Twitter.

Pendant que vous essayez de coloniser Mars, la Russie essaie d'occuper l'Ukraine! Alors que vos fusées atterrissent avec succès depuis l'espace, des roquettes russes attaquent des personnes civiles ukrainiennes! Nous vous demandons de fournir à l'Ukraine des stations Starlink, avait-il écrit.

Depuis le début de l'invasion russe, l'Ukraine est régulièrement visée par des cyberattaques menées par des pirates informatiques russes, selon l'agence de sécurité informatique du pays, suscitant des craintes pour les réseaux de télécommunications.

SpaceX a par ailleurs mis en orbite vendredi dernier une deuxième série d'une cinquantaine de satellites Starlink destinés à fournir une connexion Internet à une clientèle du monde entier sans passer par des infrastructures terrestres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !