•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyé spécial

« Ils ont montré qu’ils sont nos amis » : les Polonais solidaires avec les réfugiés

Plus de 660 000 Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l’invasion russe. La majorité d’entre eux se trouvent en Pologne, où les citoyens multiplient les gestes de solidarité.

Chargement de l’image

Les dons s'accumulent à Medyka, près de la frontière avec l'Ukraine.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Chargement de l’image

« C’est la moindre des choses. Je ne vais pas me battre, mais je peux les aider de cette manière », lance Marc, rencontré devant un centre hospitalier de Varsovie.

Ce Polonais attend depuis deux heures, et devra encore patienter une heure de plus, afin de donner du sang qui sera acheminé en Ukraine pour venir en aide aux militaires.

Et il n’est pas le seul à se présenter. Vu l’importance de l’offre, une employée de la clinique doit même avertir les gens qui se trouvent à la fin de la file qu’ils ne pourront pas être reçus aujourd’hui.

Chargement de l’image

Des Polonais attendent de donner du sang qui sera envoyé en Ukraine.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

L’initiative n’est pas unique. Une grande campagne de dons de sang doit avoir lieu cette semaine dans un stade sportif de la capitale polonaise.

Depuis la semaine dernière, les initiatives citoyennes se multiplient en Pologne pour venir en aide aux réfugiés qui fuient le conflit en Ukraine.

Agata Szczebyło s’est inscrite sur des groupes sur les réseaux sociaux afin d'offrir un toit aux familles fraîchement débarquées en Pologne qui n’ont nulle part où se loger.

Chargement de l’image

Agata Szczebyło en train de préparer une chambre dans l'appartement de sa mère.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Elle héberge déjà quelques personnes dans sa maison en périphérie de la capitale. Lorsque nous la rencontrons, Agata est en train de préparer une chambre dans l’appartement de sa mère, au cœur de Varsovie.

Nous devons agir. Nous ne pouvons pas simplement regarder ce qui se passe aux bulletins de nouvelles. C’est si proche, lance-t-elle.

« Nous savons à quel point la Russie peut être dangereuse, à quel point c’est vrai. Nous nous souvenons de notre histoire. »

— Une citation de  Agata Szczebyło

Quelques minutes après notre entrevue, Agata nous informe avoir reçu la confirmation que des réfugiés ukrainiens iront vivre dans l’appartement de sa mère.

Combien de temps durera la cohabitation? C'est difficile à dire, répond la Polonaise, qui compare la gestion de cette crise à un marathon.

L'Union européenne se coordonne pour accueillir des milliers d'Ukrainiens fuyant la guerre. Une mobilisation inédite, en particulier à l'Est. Un reportage de Raphaël Bouvier-Auclair.

Un appui à long terme

Depuis quelques jours l’aide humanitaire afflue dans les zones frontalières, où vivres et vêtements sont offerts en grand nombre aux Ukrainiens qui posent les pieds en sol polonais.

Certains organismes avertissent la population que cette mobilisation devra être soutenue, car les besoins ne seront pas de courte durée.

Karolina Czerwinska, de la Polish Migration Forum Foundation, dit s’attendre à l’afflux d’un million et demi, voire de deux millions d’Ukrainiens si le conflit perdure.

À elle seule, la capitale Varsovie pourrait devenir le point d’arrivée des centaines de milliers de nouveaux résidents.

« C’est notre plus grand défi. Nous sommes entrés au bureau aujourd’hui et nous nous sommes dit que plus rien ne serait comme avant à partir de maintenant. »

— Une citation de  Karolina Czerwinska, de la Polish Migration Forum Foundation

Son organisation travaille donc auprès des autorités polonaises pour que ces nouveaux arrivants aient accès rapidement et facilement à des permis de travail, question de pouvoir intégrer l’économie.

Chargement de l’image

Karolina Czerwinska

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair.

Karolina Czerwinska est aussi entrée en contact avec les responsables scolaires de la région de Varsovie pour qu’ils s’assurent d’avoir les ressources nécessaires, notamment des psychologues parlant l’ukrainien, pour que les enfants qui fuient la guerre soient bien appuyés.

Parmi les autres efforts qui sont déployés : aider les nombreux ressortissants africains installés en Ukraine qui tentent de trouver refuge sur le sol polonais. Le système d’accueil n’est pas très ouvert aux réfugiés qui ne sont pas Ukrainiens, déplore-t-elle.

En plus de la solidarité de leurs voisins polonais, les réfugiés quittant la guerre peuvent compter sur l’appui de la très grande communauté ukrainienne de Pologne. Selon la Commission européenne, en 2021, plus de 250 000 Ukrainiens étaient titulaires de permis de séjour polonais.

Du nombre, Valaria que nous rencontrons à une manifestation devant l’ambassade russe de Varsovie.

Chargement de l’image

Valaria, une Ukrainienne vivant à Varsovie, souligne la solidarité des Polonais.

Photo : Radio-Canada / Franck Pierron

Quinze minutes avant notre rencontre, elle a reçu un message de sa mère lui annonçant que son frère allait prendre les armes pour défendre la capitale ukrainienne.

J’ai très peur pour lui, mais je suis aussi fière, déclare-t-elle, des sanglots dans la voix. Dans ces moments difficiles, elle se console en évoquant la solidarité exprimée par les Polonais depuis la semaine dernière.

Ils ont montré qu’ils étaient nos amis, lance-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !