•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire veut un bilan scientifique sur l’utilité du passeport vaccinal

Vincent Marissal à l'Assemblée nationale le 15 février 2022.

Le député solidaire Vincent Marissal a écrit une lettre au ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, pour l'inviter à évaluer l'utilité du passeport vaccinal comme mesure de lutte contre la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le député solidaire de Rosemont, Vincent Marissal, demande au gouvernement Legault d'évaluer l’utilité concrète du passeport vaccinal comme outil de lutte contre la COVID-19. Cette mesure, imposée depuis l’été 2021, doit être abandonnée complètement dès le 14 mars dans les lieux publics du Québec.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé, Christian Dubé, et dont Radio-Canada a obtenu copie, le député solidaire estime que les Québécois doivent avoir un portrait juste de l’efficacité de l’obligation vaccinale.

D’autant que le passeport – qu'il juge discriminatoire pour les personnes vulnérables et marginalisées – pourrait bien être imposé de nouveau si la situation épidémiologique devait se dégrader.

Nous croyons que l’utilité du passeport vaccinal devrait être démontrée en toute transparence et justifiée par des critères scientifiques rigoureux, expose M. Marissal dans sa lettre.

Il souhaite donc qu’un bilan scientifique clair soit réalisé, comme condition sine qua non de son utilisation ultérieure.

Québec voit toujours dans l’obligation de vaccination un outil efficace pour limiter la transmission du coronavirus. Le passeport pourrait donc reprendre du service lors d'une sixième vague.

C’est aussi ce qu’a laissé entendre le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau, pour qui cette mesure a permis de réduire les hospitalisations, la morbidité, la mortalité, les soins intensifs.

Les autorités estiment par ailleurs que le passeport aurait incité près de 600 000 Québécois à se faire vacciner.

L'outil a été utilisé comme exigence d'accès à de nombreux espaces publics, dont les restaurants, les cinémas, salles de spectacles, les salles d’entraînement et même les magasins à grande surface.

Un outil qui doit demeurer exceptionnel

Québec solidaire, dans sa lettre au ministre Dubé, précise que l’avis scientifique devrait contenir les mandats suivants :

  1. Préciser le moment d’application du passeport sanitaire;
  2. Document l’efficacité de la mesure;
  3. Préciser le cadre et les lieux d’application;
  4. Analyser le potentiel de discrimination et de limitation d’accès aux services;
  5. Suggérer des balises pour limiter des abus potentiels.

La formation politique espère par la suite que cet avis fera l’objet d’une étude en bonne et due forme en commission parlementaire.

En tout, le passeport vaccinal aura été imposé pendant plus de six mois au Québec.

Le Parti libéral et le Parti québécois ont eux aussi dénoncé le manque de cohérence et de transparence du gouvernement dans l’encadrement de l’obligation vaccinale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !