•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Aluminerie Alouette confirme que la panne est liée à l’intrusion d’un tiers non autorisé

Un des bâtiments de l'Aluminerie Alouette, à Sept-Îles.

L'Aluminerie Alouette, à Sept-Îles, a été victime d'une panne majeure qui a touché l'ensemble de ses systèmes informatiques et qui a été causée par « l'intrusion d'un tiers non autorisé ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après plusieurs jours de silence, l’Aluminerie Alouette confirme officiellement que la panne survenue vendredi « est liée à l’intrusion d’un tiers non autorisé dans certains systèmes de technologie de l’information ».

Dans un communiqué, l’Aluminerie Alouette explique que les consultants experts en cybersécurité et les employés de l'entreprise travaillent toujours au rétablissement du système. Les équipes priorisent les systèmes en lien avec l'équipement de production. La production d'aluminium se poursuit même si, pour certaines situations, le plan de contingence est toujours en marche.

La compagnie mentionne qu’en raison de l’enquête en cours, elle ne fera pas d'autres commentaires pour l'instant.

La panne d’Alouette envoie un message d’alarme aux grandes industries

Un signal d’alarme aux grandes industries, c’est de cette façon que le président-directeur général de l'Association de l'aluminium du Canada, Jean Simard, perçoit la panne survenue sur l'ensemble des systèmes informatiques de l’Aluminerie Alouette, à Sept-Îles, vendredi.

Jean Simard affirme que la situation dont est victime Alouette doit avoir poussé les autres alumineries du pays à s'assurer de leur cybersécurité.

[Cet incident] fait en sorte que tout le monde a revu ses systèmes et va augmenter, dans le cas échéant, ses mesures de protection de l’intégrité des systèmes informatiques, dit-il.

Selon lui, bien que les grandes alumineries soient en compétition sur le marché, elles collaborent dans certains domaines comme la cybersécurité.

M. Simard rappelle que l’entreprise Alouette est une cible de choix en cas de cyberattaque, puisqu’une aluminerie est considérée comme une infrastructure stratégique dans un pays comme le Canada.

De son côté, le directeur du bureau de recherche et développement de la firme de sécurité informatique ESET, Alexis Dorais-Joncas, estime que l'identité des auteurs et la nature de l'attaque informatique survenue la semaine dernière pourraient être connues lorsque les systèmes ne seront plus corrompus.

Il affirme que le processus d’identification de l’attaque sera coûteux, même si la situation varie d'un cas à l'autre.

Même pour les entreprises les mieux préparées qui vont avoir toutes les procédures pour répondre à une cyberattaque, c'est des coûts astronomiques, ne serait-ce qu'en main-d'œuvre. C'est des gens qui vont travailler de longues journées pendant très longtemps pour tout remettre en ordre. Ça peut avoir des impacts financiers au niveau des ventes. [...] Même dans les meilleurs cas, c'est très coûteux, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !