•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc québécois réclame le rejet du projet pétrolier Bay du Nord

Le ministre Steven Guilbeault doit bientôt décider du sort d’un projet extracôtier d’exploitation pétrolière.

Un navire flottant de production, de stockage et de déchargement.

Le navire flottant de production, de stockage et de déchargement que la société norvégienne Equinor utiliserait pour extraire le pétrole extracôtier à 500 km à l'est de Terre-Neuve.

Photo : Gracieuseté - Equinor

À une semaine de la date butoir, le Bloc québécois a envoyé une lettre au ministre de l’Environnement pour lui demander de dire non à un mégaprojet pétrolier au large de Terre-Neuve-et-Labrador.

Nous vous implorons de prendre la bonne décision et de rejeter ce projet, peut-on lire dans la missive signée par trois députés bloquistes, dont la porte-parole en matière de changements climatiques, Kristina Michaud.

Selon les élus bloquistes, le projet serait en contradiction directe avec les objectifs climatiques du Canada.

Le projet [Bay du Nord] ne peut être réconcilié avec le besoin urgent et d’importance critique de réduire immédiatement et radicalement les émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada et dans le monde, est-il écrit dans la lettre envoyée lundi et dont Radio-Canada a obtenu copie.

La députée Kristina Michaud, pendant la période de questions à la Chambre des communes le 9 mars 2020.

La députée bloquiste Kristina Michaud et d'autres élus bloquistes réclament le rejet du projet pétrolier Bay du Nord.

Photo : Bernard Thibodeau

Le projet Bay du Nord, de la société norvégienne Equinor, permettrait d’extraire de 300 millions à un milliard de barils sur un horizon de 30 ans.

La province de Terre-Neuve-et-Labrador, lourdement endettée, cherche désespérément des sources de revenus supplémentaires. Bay du Nord représenterait des milliards en redevances dans ses coffres.

La pression augmente sur le ministre Steven Guilbeault, qui doit en principe approuver ou rejeter le projet d’ici le 6 mars. Le cabinet fédéral pourrait demander une prolongation et reporter la décision pour une seconde fois.

Selon nos informations, les points de vue divergent à propos du projet autour de la table du Conseil des ministres. Si Ottawa donne le feu vert, des ministres craignent d’être accusés d’incohérence en matière climatique.

Et le Bloc québécois tente de faire pencher la balance.

Il réclame la fermeture ordonnée et progressive de toute activité pétrolière et gazière dans les zones extracôtières du Canada.

Le monde est en train de s’éloigner des énergies fossiles et les investissements comme ceux de [Bay du Nord] n’ont pas d’avenir économique à long terme, écrivent les députés bloquistes, qui s’inquiètent aussi des risques de déversement.

L’Agence canadienne d’évaluation d’impacts a conclu que malgré de nombreuses répercussions sur la vie marine, Bay du Nord n’est pas susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !