•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vladimir Poutine est atteint de « paranoïa », juge Hillary Clinton

Les deux femmes sont en entrevue vidéo avec l'animateur qui est sur le plateau.

Hillary Clinton (au centre) a commenté l'invasion de L'Ukraine par la Russie lors de son passage à « Tout le monde en parle ».

Photo : A. Media / Karine Dufour

L'ancienne sénatrice et secrétaire d'État américaine Hillary Clinton n'est pas avare de mots durs pour qualifier le comportement du président russe Vladimir Poutine, qui a lancé jeudi une offensive contre le voisin ukrainien. Selon elle, le chef d'État souffre de « paranoïa » et est un intimidateur contre lequel l'Occident doit « se tenir debout ».

L'ex-politicienne dit avoir plusieurs fois mis en garde contre les intentions agressives de M. Poutine quant à la domination, voire la conquête des anciennes républiques soviétiques. Mme Clinton était de passage à l'émission Tout le monde en parle pour faire la promotion de son roman État de terreur, coécrit avec l'autrice Louise Penny.

Dans cet ouvrage, le personnage du président russe est largement inspiré de l'actuel maître du Kremlin.

Je dois dire que j'ai été déçue, mais pas surprise, de constater qu'il avait mis sa menace [d'invasion] à exécution, a-t-elle ajouté.

Et dans la foulée de l'annonce de Moscou voulant que certaines forces stratégiques russes, équipées d'armes nucléaires, aient été mises en état d'alerte élevée, l'ancienne première dame s'interroge à propos de la personnalité, la paranoïa d'une personne qui déploie son armement nucléaire et qui envahit un pays qui est tout sauf apte à se défendre, même contre des forces conventionnelles.

Malheureusement, je crois que nous devons tous lui tenir tête – j'apprécie que le Canada et les États-Unis, ainsi que d'autres pays, s'unissent pour imposer des sanctions, a-t-elle poursuivi.

Ainsi, pour Mme Clinton, avec un intimidateur comme [Vladimir Poutine], nous devons absolument lui tenir tête.

Parce que sinon, il est impossible de l'arrêter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !