•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de recherche aux Îles pour favoriser l’autonomie des personnes ayant un handicap

Chargement de l’image

Une doctorante en santé communautaire de l'Université Laval se joint au projet du Phare des Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Chargement de l’image

Une étudiante au doctorat en santé communautaire de l'Université Laval se greffe au projet de construction de logements aux Îles-de-la-Madeleine destinés à de jeunes adultes vivant avec diverses limitations intellectuelles et physiques.

Ce projet vise à construire sept appartements à Cap-aux-Meules pour permettre à ces jeunes adultes de vivre de manière autonome tout en bénéficiant d'un accompagnement par des professionnels.

Selon Martine Martin, présidente du conseil d’administration de l’organisme Le Phare des Îles, ces adultes, qui vivent encore chez leurs parents, ont un bon potentiel pour vivre en appartement, mais doivent être accompagnés pour gérer la vie au quotidien, comme leur budget, la prise de rendez-vous ou même le ménage.

« Ces jeunes adultes veulent leur appartement, veulent leur chez-soi, veulent avoir un milieu de vie qui est à eux pour pouvoir prendre des décisions pour eux, faire leurs activités. »

— Une citation de  Martine Martin, présidente du conseil d’administration de l’organisme Le Phare des Îles

Deux employés travailleront à temps plein pour accompagner les sept résidents.

Outiller l’organisme

Le Phare des Îles pourra compter sur l’implication de l'ergothérapeute et étudiante au doctorat en santé communautaire à l'Université Laval Justine Marcotte. Elle s'intéresse à la façon de créer des environnements qui soutiennent les personnes autistes dans leur autonomie à la maison.

Dans le cadre de sa thèse, elle compte développer des outils pour aider l’organisme Le Phare des Îles dans la création de milieux de vie qui favorisent l'autonomie de ces résidents et leur contribution à la communauté.

Chargement de l’image

Justine Marcotte, ergothérapeute et étudiante au doctorat en santé communautaire à l'Université Laval

Photo : Gracieuseté : Justine Marcotte

Pour mon doctorat, j’avais envie de passer de la théorie à la pratique, de partir des connaissances que j’avais développées durant ma maîtrise, mais aussi de connaissances qui sont déjà connues dans la littérature scientifique et voir comment on peut utiliser ces connaissances concrètement dans de vrais projets, explique Justine Marcotte.

« L’idée, c’est de faire une démarche de recherche pour accompagner Le Phare des Îles dans ce projet. »

— Une citation de  Justine Marcotte, ergothérapeute et étudiante au doctorat en santé communautaire à l'Université Laval

En plus d'élaborer de nouveaux outils, Justine Marcotte compte utiliser les conclusions de la littérature scientifique autour du développement de l’autonomie de ces personnes et leur participation à la vie de la communauté.

On connaît différentes choses [qui peuvent aider] : le fait d’avoir le soutien de son entourage, avoir un environnement prévisible, dans lequel on peut avoir des rappels, par exemple passer à l’activité suivante, le fait d’avoir un environnement adapté au niveau sensoriel, aux besoins de la personne, le fait d’avoir l’opportunité de pratiquer des activités dans d’autres milieux, par exemple apprendre à cuisiner à l’école, ou apprendre à faire du ménage dans le cadre de son travail, explique-t-elle.

C’est important que nos locataires aient un rôle social actif dans la communauté. Justine Marcotte va nous aider à identifier quels sont les outils et les actions qui sont les plus favorables pour la participation sociale du locataire, ajoute Martine Matin.

Chargement de l’image

Martine Martin, présidente du conseil d'administration du Phare des Îles

Photo : Gracieuseté : Martine Martin

Un collectif de recherche a été mis en place et comprend trois représentants de l’organisme Le Phare des Îles, deux futurs locataires potentiels et un parent, en plus de l’étudiante et de sa directrice de recherche.

Ces gens connaissent bien les besoins de l’organisme, le contexte des Îles-de-la-Madeleine, les opportunités qui sont disponibles dans leur milieu, et surtout, les besoins des locataires et de leurs proches, explique Justine Marcotte.

Le projet de construction des sept logements mené par l'organisme Le Phare des Îles devrait voir le jour au plus tôt en 2024.

Le Phare des Îles a reçu un financement de la part du gouvernement fédéral dans le cadre du programme Initiative pour la création rapide de logements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !