•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Tirez et courez » : des conseils de guerre en ligne pour la résistance ukrainienne

Un militaire lance un cocktail Molotov sur le mur d'une usine désaffectée sous les yeux d'un groupe de citoyens ukrainiens.

Un instructeur militaire enseigne à des civils comment utiliser un cocktail Molotov lors d'une séance d'entraînement à Kiev.

Photo : Getty Images / Sergei Supinsky

Sur les médias sociaux, des militaires étrangers offrent des conseils aux civils ukrainiens qui prennent les armes pour défendre leur pays. L'objectif : survivre et repousser les soldats russes.

Fabrication de cocktail Molotov, technique de défense contre les chars d'assaut, échanges de tirs en zone urbaine. Les Ukrainiens qui ne sont pas rompus à l’art de la guerre peuvent trouver de nombreux trucs et conseils en ligne pour faire face à leur ennemi. Parmi les conseillers, on trouve quelques ex-militaires américains comme Chris Hogan.

Les chars d’assaut sont mauvais dans les combats urbains, écrit sur Twitter cet ancien mécanicien de chars pour l’armée américaine. Les fusils devraient viser les périscopes, mais surtout l’unité de visée au sommet de la tourelle.

En moins de 24 heures, le message a été partagé plus de 10 000 fois. Dans d’autres gazouillis, l’ancien militaire suggère aux civils de retirer les panneaux routiers, pour confondre l’armée russe. Certains tweets ont d’ailleurs été traduits puis partagés par des internautes ukrainiens.

Dans un échange de messages avec Radio-Canada, Chris Hogan dit espérer que ses connaissances militaires pourront être utiles.

« Je ne sais pas ce qui m’a inspiré à partager ces conseils. Je crois surtout que la Russie est dans le tort dans ce conflit. J’espère pouvoir aider le peuple ukrainien. »

— Une citation de  Chris Hogan, ex-militaire américain

Certains internautes ne lésinent pas sur les détails. Sur le site Reddit, un utilisateur qui affirme être un ancien membre des forces spéciales américaines explique avec précision comment se protéger des tirs en zone urbaine. Il donne même des trucs pour abattre des soldats ennemis.

Vous devez survivre

John Spencer alimente aussi la conversation sur Twitter. L’auteur et chercheur a notamment été déployé en Irak avec l’armée américaine en 2003. Dans une série de gazouillis, il suggère notamment aux citoyens ukrainiens de construire des obstacles dans les rues pour freiner l'avancée de véhicules russes.

Vous avez la puissance, mais vous devez vous battre intelligemment, écrit-il. La défense en zone urbaine est l’enfer pour n’importe quel soldat.

Ses instructions concernent aussi les échanges de tirs : Assurez-vous que les endroits où vous choisissez de tirer sont solides. Si vous êtes dans un bâtiment, faites des trous dans les murs pour pouvoir tirer et des trous plus grands pour vous déplacer vers d'autres pièces ou bâtiments. Vous devez survivre.

Certains de ses messages ont été partagés des milliers de fois en quelques heures. Tout comme Chris Hogan, John Spencer a cru que ses connaissances pouvaient contribuer à sauver des vies ukrainiennes.

J’ai l’impression que mes messages ont rejoint beaucoup d’Ukrainiens, mentionne-t-il à Radio-Canada. Les tweets ont été traduits en ukrainien à plusieurs reprises et j’ai reçu plusieurs messages m’indiquant qu’ils avaient été envoyés à des gens qui en avaient besoin.

Des citoyens examinent des armes

Des civils ukrainiens examinent leurs armes dans un Bureau de la Défense territoriale de la capitale Kiev.

Photo : Getty Images / Chris McGrath

Un peuple mobilisé

Cette solidarité étrangère en ligne n’étonne pas Aurélie Campana, professeure en science politique à l’Université Laval.

Il y a une indignation générale dans les pays occidentaux face à cette invasion russe de l'Ukraine, souligne-t-elle. Ces individus-là se sentent interpellés pour toutes sortes de raisons qui leur appartiennent.

« Il y a aussi un sentiment d'urgence, parce qu'on sait que la guerre qui se joue actuellement, c'est David contre Goliath. »

— Une citation de  Aurélie Campana, professeure en science politique, Université Laval

Dimanche, Kiev a accepté de prendre part à des pourparlers avec Moscou. Aurélie Campana ne serait toutefois pas surprise que la guerre entre les deux états se poursuive. Le conflit pourrait très bien, selon elle, prendre la forme d’une guerre de guérilla dans les zones urbaines. Les grandes villes pourraient vraisemblablement devenir des bastions de la résistance.

Certains [citoyens] n'ont jamais tenu une arme de leur vie. Ça va être le baptême du feu pour eux.

Une fillette est accroupie, une bouteille vide à la main

Une fillette trie des bouteilles vides en vue de la confection de cocktails Molotov à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.

Photo : Getty Images / Yuriy Dyachyshyn

La professeur rappelle que l’armée ukrainienne est constituée d’environ 50 % de soldats professionnels. L’État a d’ailleurs lancé un appel à la mobilisation des hommes âgés entre 18 à 60 ans. Ceux-ci ont l’interdiction de quitter le pays. Des images provenant d’Ukraine montrent aussi que plusieurs femmes ont pris les armes. La mobilisation civile pourrait très bien avoir un impact significatif dans ce conflit, selon Aurélie Campana.

Si les forces armées russes se font arrêter par des non-professionnels, ça va contribuer à faire baisser le moral au sein des forces armées russes, estime-t-elle.

Depuis le début de l'invasion russe, jeudi, l'Organisation des Nations unies estime qu'au moins 64 civils ont péri dans les combats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !