•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le milieu culturel, dont l’Eurovision, s’oppose à l’invasion russe en Ukraine

Chargement de l’image

L'artiste russe Manizha Dalerovna Sangin lors du dernier concours de l'Eurovision en mai dernier.

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Radio-Canada

Exclusion de la Russie de l’Eurovision, déprogrammations en série, mobilisation antiguerre en Russie… L’onde de choc causée par l'invasion de l’Ukraine par la Russie s’est répercutée sur le milieu culturel à travers le monde vendredi.

Pas d'Eurovision pour la Russie

Cette année, la Russie ne pourra ni participer ni voter au concours de l'Eurovision de la chanson, l’organisation craignant pour la réputation de l'un des événements culturels les plus populaires d'Europe. 

Dans le contexte de la crise sans précédent qui se déroule aujourd'hui en Ukraine, l'on pouvait craindre qu'une participation russe cette année ne jette le discrédit sur le Concours. Avant de prendre sa décision, l'UER a pris le temps de mener une large consultation auprès de ses membres, a souligné vendredi, dans un communiqué, l’Union européenne de Radio-Télévision (UER).

Nous restons déterminés à protéger les valeurs d'un concours culturel qui favorise les échanges internationaux et la compréhension mutuelle, rassemble les publics, célèbre la diversité à travers la musique et unit toute l'Europe sur une même scène de spectacle, a ajouté l’UER.

Plusieurs annulations en Europe

Des mesures contre la présence culturelle russe ont été prises également dans plusieurs pays d'Europe. 

Au Royaume-Uni, la Royal Opera House a annulé la venue prévue du Ballet du Bolchoï à Londres.

L'orchestre philharmonique de Zagreb a annulé deux œuvres du compositeur russe Piotr Illitch Tchaïkovski qui devaient être jouées vendredi soir dans la capitale croate afin de témoigner de sa solidarité avec l'Ukraine après son invasion par la Russie.

Nous avons plusieurs collègues ukrainiens qui étaient bouleversés, nous nous sentions tous mal alors nous avons changé le programme, a déclaré le chef d'orchestre Mirko Boch au journal Jutarnji List

Nous sommes des artistes, nous ne pouvons nous battre autrement qu'avec la musique, a-t-il ajouté.

En Estonie, le théâtre Vaba Lava a annulé les Journée de Saint-Pétersbourg prévues à Narva du 1er au 5 Mars.

En Slovaquie, l'Orchestre philharmonique national a supprimé de son programme une partie de la Cantate Alexandre Nevski de Prokofiev, qui retrace les luttes du jeune prince russe, pour éviter d'éventuels malentendus à propos du texte de cette œuvre.

En Lettonie, le groupe renommé de rock BrainStorm a annulé sa tournée en Russie, tandis que l'Opéra national a annoncé que son orchestre jouerait l'hymne national de l'Ukraine Chtche ne vmerla Ukraïna avant chaque concert et n'inviterait plus d'artistes de l’étranger qui ne condamnent pas l'attaque russe.

En Pologne, le vice-ministre de la Culture Jaroslaw Sellin, tout en évoquant les magnifiques culture, musique et littérature russes, a dénoncé les folles conceptions néoimpériales du pouvoir russe et estimé qu'une intense coopération culturelle avec la Russie ne lui semblait pas possible.

Des Russes protestent

En Russie, plusieurs voix se sont élevées dans le milieu culturel pour s’opposer à l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes.

Elena Kovalskaya a démissionné jeudi de son poste de directrice artistique du théâtre et du centre culturel Meyerhold à Moscou en protestation contre l’invasion russe de l’Ukraine. 

Des célébrités russes ont appelé, au péril de leur carrière, à la paix entre les deux pays, contre la doctrine du Kremlin. Peur et douleur. Non à la guerre, a publié sur Instagram l’acteur et animateur Ivan Urgant, le roi habituellement souriant des programmes télévisés de fin de soirée en Russie.

Oxxxymiron, le rappeur le plus populaire du pays, s'est déclaré, dans une vidéo enflammée, contre cette guerre que la Russie déclenche contre l'Ukraine, une catastrophe et un crime. Il a aussi annulé des concerts prévus à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Il ne peut pas y avoir de guerre juste. Non à la guerre !, a réagi sur Instagram le comédien Maxime Galkine.

Yan Nepomniachtchi, le joueur d'échecs le mieux classé de Russie a de son côté publié, jeudi, ce message sur Twitter : L'histoire a connu de nombreux jeudis noirs. Mais aujourd'hui est plus sombre que les autres.

La correspondante Elena Tchernenko de Kommersant - un quotidien considéré comme étant proche du pouvoir - a lancé une pétition contre la guerre, signée par une centaine de personnes.

Les vedettes nationales n'ont pas franchi la ligne rouge :  le nom du président russe Vladimir Poutine, qui a décidé de cette guerre, n'a pas été directement mentionné.

Mais cela n'a pas empêché l’émission d'Ivan Urgant d'être déprogrammée vendredi, officiellement pour des changements de grille liés à la situation actuelle, a indiqué la chaîne publique Pervy Kanal, qui l'emploie, à l'agence Interfax. 

La journaliste Elena Tchernenko, elle, s'est vu retirer son accréditation au ministère des Affaires étrangères pour manque de professionnalisme, a-t-elle relaté sur Telegram, une application de messagerie sécurisée

Les réactions de Sean Penn, d’Ashton Kutcher et de Stephen King

Moins menacées, les célébrités planétaires ont pris à une écrasante majorité le parti de l'Ukraine.

L'acteur et réalisateur américain Sean Penn se trouve à Kiev, où il est venu tourner un documentaire pour dire au monde la vérité sur l'invasion de notre pays par la Russie, a indiqué la présidence ukrainienne, qui loue son courage.

Je suis aux côtés de l'Ukraine, a écrit, sur Twitter, l'acteur Ashton Kutcher, dont la femme, l'actrice Mila Kunis, est née en Ukraine. 

Quant au romancier Stephen King, il s'est lui fendu d'une référence à une cour de récréation : Il ne faut pas rester les bras croisés pendant qu'un grand enfant bat un plus petit.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !