•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse marquée des cas de COVID-19 au Canada, selon la santé publique

Theresa Tam parle à un micro, devant des drapeaux canadiens.

L'administratrice en chef de l’Agence de santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, continue de prôner le port du masque et la vaccination, même si elle note une baisse des cas de COVID-19 au Canada.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Charles-Émile L'Italien-Marcotte

Le nombre de cas actifs de COVID-19 est en baisse de 26 % au Canada par rapport à la semaine dernière, et les hospitalisations ont diminué de 20 % durant la même période, a noté l’administratrice en chef de l’Agence de santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, en conférence de presse vendredi.

Elle a indiqué du même souffle que le variant BA.1 d’Omicron est toujours dominant au Canada, et que le sous-variant BA.2 compte pour environ 10 % des cas de contamination à la COVID-19 au pays. [Le BA.2] est encore plus transmissible que le BA.1, a rappelé la Dre Tam, mais elle a indiqué qu’il n’entraînait pas de cas plus graves de la maladie.

Cependant, le variant Omicron continue de circuler au Canada, même si les indicateurs qui permettent de suivre l’évolution de la maladie sont plus bas que dans les dernières semaines. La santé publique demeure vigilante, et adapte sa réponse et les directives qu’elle donne à la population canadienne.

Il est donc primordial pour la Dre Tam de continuer de respecter les consignes de la santé publique et d’obtenir la dose de rappel du vaccin contre la COVID-19.

Les vaccins protègent contre les formes graves de la COVID, a-t-elle dit. Pour la dose de rappel, elle a mentionné que les vaccins à ARN messagers renforcent la protection contre les variants.

La Dre Tam recommande à la population de garder à jour ses vaccins contre la COVID et de suivre les conseils de la santé publique, notamment le port du masque.

Port du masque toujours recommandé

Les masques continuent d’être efficaces pour lutter contre la COVID, a indiqué la Dre Tam. Il n’est pas obligatoire, mais il est recommandé, a-t-elle poursuivi.

Elle a également affirmé qu’il est un bon outil pour lutter contre la pandémie au niveau individuel, et que les voyageurs devraient continuer de le porter. De nouvelles façons de gérer [les consignes sanitaires] seront mises de l’avant dans les prochains mois, a commenté la Dre Tam.

Ce virus va continuer d’être avec nous, a-t-elle prévenu.

Et il faudra se tenir prêts à son retour, même si la dernière chose que nous voulons soit de nouvelles restrictions. La Dre Tam s’attend à ce que les cas de COVID puissent de nouveau augmenter, même si les phases plus dures de la pandémie sont derrière nous.

Le système de santé doit se tenir prêt, a-t-elle averti.

Son collègue à la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo, a ajouté que le fait porter un masque doit devenir un choix, et qu’il peut être nécessaire pour certaines personnes vulnérables.

En ce qui concerne l’immunité collective, le Dr Njoo n’a pas voulu se prononcer sur la question ni sur le seuil pour l’atteindre. Avec la domination du variant Omicron au Canada, et la possibilité de voir émerger de nouveaux variants, le Dr Njoo a néanmoins voulu se faire rassurant en prônant la vaccination.

Mais selon lui, si la vaccination n’est pas suffisante pour qu’il y ait une immunité collective pour toujours, les vaccins sont efficaces. On ne sait pas pour le futur, a-t-il concédé. C’est la raison pour laquelle il faut continuer de se faire vacciner et de suivre les consignes de la santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !