•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Kremlin satisfait de ses avancées, l’Ukraine mobilisée

Le président Zelensky appelle à l'aide alors que l'offensive de l'armée russe progresse.

Une colonne de fumée s'échappant près d'un pont.

Le reportage de Sophie Langlois

Photo : Reuters / VALENTYN OGIRENKO

Radio-Canada

Moins de 24 heures après le lancement d'une offensive tous azimuts en Ukraine, l'armée russe a pris le contrôle de l'aéroport militaire de Gostomel, situé à une quarantaine de kilomètres de Kiev, et du site de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Elle s'approche également de plusieurs autres villes comme Kharkiv, Marioupol et Kramatorsk.

L'attaque déborde donc largement le territoire des provinces de Donetsk et Louhansk, en partie aux mains de séparatistes prorusses depuis 2014, et dont la Russie a reconnu l'indépendance plus tôt cette semaine.

Au terme du premier jour de combat, le Kremlin prétend avoir détruit 74 installations militaires, dont 11 aérodromes, ainsi que 18 stations radar des systèmes de défense antimissile – des déclarations invérifiables.

En contrepartie, Kiev réplique avoir abattu jeudi cinq avions et un hélicoptère de l'armée russe et avoir tué une cinquantaine d'occupants russes dans l'est du pays.

Dans ce contexte, la Russie affirme avoir rempli avec succès tous les objectifs qu'elle s'était fixés au premier jour de son invasion de l'Ukraine.

Un bâtiment en flammes.

Un immeuble d'habitation flambe après avoir été bombardé par les forces russes, dans l'est de l'Ukraine.

Photo : Getty Images / Aris Messinis

Dans une vidéo publiée sur le compte présidentiel dans la nuit de jeudi à vendredi, le président Zelensky a fait état d'un bilan de 137 morts et 316 blessés depuis le début de l'attaque russe.

Il a aussi lancé un appel à la communauté internationale en affirmant que l'Ukraine était laissée seule face à la Russie.

« Qui est prêt à combattre avec nous? Je ne vois personne. Qui est prêt à donner à l'Ukraine la garantie d'une adhésion à l'OTAN? Tout le monde a peur. »

— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine

Selon lui, des groupes de sabotage se sont infiltrés à Kiev dans le but de l'assassiner.

Pour faire face à l'invasion russe, le président Zelensky a ordonné dans un décret jeudi soir la mobilisation générale pour 90 jours de toutes les personnes soumises à la conscription militaire et des réservistes.

L'Ukraine en état d'urgence

À Kiev, où les explosions en provenance de l'aéroport étaient entendues, des résidents ont entrepris de fuir la ville, que ce soit par autobus ou autrement par voie terrestre, créant des bouchons de circulation.

Ailleurs, de longues files d'attente se sont formées devant les guichets automatiques et dans les épiceries, les Ukrainiens tentant de retirer leurs avoirs et de se faire des provisions.

Le maire de Kiev, Vitaly Klitschko, a décrété un couvre-feu de 22 h à 7 h afin de préserver la sécurité des habitants. Les transports publics ne fonctionneront pas pendant cette période, a-t-il expliqué, mais les stations de métro resteront ouvertes en permanence pour servir d'abris en cas de frappes.

Un conseiller du président, Mykhailo Podolyak, a pour sa part confirmé que les forces russes se sont emparées du site abritant la centrale nucléaire à l'arrêt de Tchernobyl, dans le nord de l'Ukraine, où des déchets radioactifs sont entreposés depuis la catastrophe de 1986.

« Il est impossible de dire que la centrale nucléaire de Tchernobyl est sûre après cette attaque totalement inutile. C'est l'une des plus sérieuses menaces en Europe aujourd'hui. »

— Une citation de  Mykhailo Podolyak, conseiller du président Zelensky

Après la perte du contrôle de cette zone hautement contaminée, l'état des installations de la centrale, de la chape étanche isolant son réacteur accidenté et d'un dépôt pour le combustible nucléaire est inconnu et il est impossible de dire si la centrale est en sécurité, a ajouté le responsable.

Washington croit que Moscou veut décapiter le pouvoir ukrainien

Sur ordre du président Vladimir Poutine, qui dit vouloir démilitariser et dénazifier l'Ukraine, l'armée russe a lancé son attaque jeudi matin, avec entrée de forces terrestres à partir de plusieurs axes et de nombreuses frappes aériennes.

Selon les gardes-frontières ukrainiens, des forces terrestres russes ont pénétré dans la région de Kiev à partir du Bélarus pour mener une attaque sur des cibles militaires. L'incursion a eu lieu par le poste de contrôle Vilcha, à 150 km environ au nord de la capitale.

Au fil des heures, ces unités militaires russes ont semblé s'approcher de la capitale et d'autres villes comme Kharkiv ou Marioupol, principal port de l'est du pays.

Un conseiller du président Zelensky affirme que les forces ukrainiennes combattent l'armée russe sur presque toute la frontière russo-ukrainienne et confirme que de violents affrontements sont en cours dans les régions de Soumy, Kharkiv, Kherson, Odessa et en banlieue de Kiev.

Il dit redouter que des forces russes soient parachutées sur son territoire dans le but de pénétrer dans le quartier gouvernemental à Kiev.

Un haut responsable de l'administration Biden cité par l'agence Reuters croit que les Russes cherchent à décapiter le gouvernement ukrainien pour installer leur propre gouvernance.

Les défenses aériennes de l'Ukraine sont maintenant éliminées et ils n'ont plus de force aérienne pour se protéger, a-t-il expliqué à l'AFP. Les Russes vont chercher dans les prochaines heures à masser une force écrasante autour de la capitale et la défense revient désormais aux forces terrestres et à la résistance populaire.

La Russie de Poutine, comme l'Allemagne d'Hitler, selon Zelensky

Plus tôt dans la journée, le président ukrainien Zelensky a comparé jeudi les agissements de la Russie de Vladimir Poutine à ceux de l'Allemagne nazie dirigée par Adolf Hitler.

La Russie a attaqué l'Ukraine de façon lâche et suicidaire comme le faisait l'Allemagne nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale, a-t-il déclaré au cours d'un point de presse retransmis sur Facebook, avant d'exhorter les Ukrainiens à rejoindre les unités de défense territoriale.

« Ceux qui ont une expérience de combat et sont aptes à rejoindre la défense de l'Ukraine doivent se présenter aux centres de recrutement du ministère de l'Intérieur. »

— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine

La Russie a emprunté une voie diabolique, l'Ukraine se défend et ne va pas abandonner sa liberté, peu importe ce que Moscou en pense, a encore dit le président du pays devenu indépendant il y a plus de 30 ans, dans la foulée de l'effondrement de l'Union soviétique.

Dans une vidéo subséquente, M. Zelensky a déclaré qu'un nouveau rideau de fer sépare désormais la Russie du monde civilisé.

Un homme est accroupi, sous le choc. Il se tient la tête.

Un homme, sous le choc, est accroupi à l’extérieur de l’immeuble qu’il habite dans la ville de Chuguiv et qui a été détruit par des obus.

Photo : AFP / ARIS MESSINIS

Sur Twitter, le président ukrainien a exigé que la Russie soit exclue du système de messagerie interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale, pour la punir de son invasion.

Ceux qui s'opposent à une exclusion de la Russie du système Swift auront le sang d'innocents [...] sur les mains, a renchéri le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba dans un tweet.

Des policiers russes s'emparent d'une militante

Des Russes opposés à la guerre en Ukraine ont manifesté jeudi à Moscou. Selon un bilan de l'ONG spécialisée OVD-Info, 1391 personnes ont été interpellées dans 51 villes du pays, dont 719 dans la capitale.

Photo : Getty Images / AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV

À Moscou, le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi qu'il n'avait pas eu d'autre choix que de lancer ce qu'il a appelé une opération spéciale contre l'Ukraine, arguant que toutes les tentatives antérieures de Moscou pour faire évoluer la situation en matière de sécurité avaient échoué.

Nous comprenons tous le monde dans lequel nous vivons et nous étions préparés, d'une manière ou d'une autre, à ce qui est en train de se passer du point de vue des sanctions, a dit le maître du Kremlin lors d'une rencontre avec des dirigeants d'entreprises russes retransmise à la télévision.

Déjà 100 000 déplacés en Ukraine

Environ 100 000 personnes ont fui leur foyer en Ukraine, et plusieurs milliers d'autres ont quitté le pays, a affirmé l'ONU jeudi.

L'invasion russe a suscité une pluie de condamnations.

Le président américain Joe Biden, entre autres, a annoncé une série de nouvelles sanctions visant les banques, les élites et les exportations russes, qui vont selon lui faire de Poutine un paria sur la scène internationale.

Justin Trudeau l'a imité. Le personnel de l’ambassade canadienne en Ukraine a également quitté le pays.

Et puis l'invasion de l'Ukraine a provoqué une journée noire sur les marchés mondiaux. Les places boursières européennes ont ainsi connu l'une des plus mauvaises séances depuis mars 2020 et la mise en place des confinements, perdant jusqu'à 5 % au pire de la journée.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !