•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa adopte des mesures pour relancer le centre-ville après le blocage

La piétonnisation de la rue Wellington sera notamment évaluée

Une rue enneigée.

Les rues du marché By sont tranquilles depuis la fin de l'occupation de plus de trois semaines au centre-ville d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Radio-Canada

Stationnement et train léger gratuits, aide financière aux entreprises et possible piétonnisation de la rue Wellington… Le conseil municipal d’Ottawa a adopté une série de mesures pour encourager le retour des consommateurs dans les commerces locaux durement frappés par l'occupation du centre-ville qui a duré plus de trois semaines.

Le stationnement sera gratuit dans six parcs de stationnement appartenant à la Ville qui se trouvaient dans la zone occupée à compter du vendredi 25 février, et ce, jusqu’au 31 mars afin d'encourager les gens à se rendre au centre-ville et à fréquenter les commerces.

Le conseil a également approuvé l’annulation des frais du train léger sur la Ligne 1 à partir du vendredi 25 février et jusqu’à 30 jours après la fin de l’état d’urgence dans la Ville.

Un train.

Le train léger d'Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

La rue Wellington piétonne

Comme annoncé lundi, Catherine McKenney, qui représente le quartier Somerset, a présenté sa motion évaluant la possibilité de fermer la rue Wellington entre la rue Bank et la rue Elgin à tous les véhicules sauf le transport en commun et le transport actif.

Le conseil a adopté la motion qui maintient la fermeture de la rue Wellington jusqu'à ce que le dossier soit présenté à la Commission des transports.

La motion demande au directeur des travaux de circulation de la Ville de faire rapport au Comité des transports sur la faisabilité et le coût de la mise en œuvre d'une telle fermeture jusqu'à la fin de 2022, en consultation avec le gouvernement fédéral, OC Transpo, la Société de transport de l’Outaouais (STO) et les services d'urgence

Une rue vide en hiver.

La rue Wellington était de retour au calme lundi après le départ des manifestants.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Le Marquand Perreault

La Ville devra également entamer des discussions avec des fonctionnaires fédéraux concernant le transfert de la rue Wellington à la propriété fédérale.

Ce n’est pas acceptable d’avoir des camions et des manifestants qui restent sur une rue très importante pour la ville et pour notre pays, a indiqué le maire Jim Watson en point de presse après le conseil municipal.

Il a aussi souligné l’importance de consulter la STO et la Ville de Gatineau dans ce dossier.

Aide financière aux entreprises

Les conseillers ont approuvé la motion visant à fournir de l’aide financière aux entreprises de la zone paralysée par la manifestation des camionneurs.

  • 50 000 $ aux zones d'amélioration commerciale (ZAC) de la rue Sparks, de la rue Bank, du centre-ville Rideau, du marché By ainsi que l’Association des entreprises de la région d'Elgin
  • 25 000 $ aux ZAC du quartier Vanier, du Somerset Village, de la rue Somerset dans le quartier chinois, de la rue Preston, du Westboro Village, de Wellington Ouest et du Glebe et à la Société des marchés d'Ottawa

Cette motion permet également d’utiliser 450 000 $ de la réserve de stabilisation des taxes pour venir en aide aux entreprises.

Une seconde motion concernant les taxes foncières des entreprises de la zone touchée par la manifestation a été adoptée. Celle-ci a été introduite par la conseillère Jan Harder et appuyée par le conseiller Rawlson King, qui estime l'impact économique de cette occupation sur l’économie locale à 200 millions $.

Le directeur des finances de la Ville devra venir devant le conseil le 9 mars et déposer une proposition en ce sens.

Une affiche où il est écrit en anglais «Désolé, fermé temporairement».

Des dizaines de commerces ont dû fermer leurs portes en raison de la manifestation des camionneurs au centre-ville d'Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le gouvernement fédéral a annoncé qu’il mettra 20 millions de dollars à la disposition des petites entreprises du centre-ville. Chacune d’elles pourra demander jusqu’à 10 000 $. Le conseil a officiellement demandé au gouvernement provincial d'investir une somme équivalente à celle du fédéral.

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury estime que la responsabilité revient au gouvernement fédéral de couvrir les coûts engendrés par la manifestation, dont le message lui était principalement adressé, selon lui.

Je crois fermement que les résidents d’Ottawa ne devraient pas avoir à couvrir les coûts de ces actions, a dit M. Fleury lors du conseil.

Il souhaite toutefois que les gouvernements fédéraux et provinciaux injectent aussi des sommes pour compenser les dizaines de milliers d’employés qui ont perdu plusieurs jours de salaire en raison du blocage.

Gatineau exige aussi une aide financière

De l'autre côté de la rivière, la Chambre de commerce de Gatineau souhaite également recevoir des compensations financières pour les entreprises de son territoire qui ont subi les contrecoups des manifestations des camionneurs.

Le président de l'organisme, Stéphane Bisson, s'explique mal pourquoi le gouvernement fédéral, qui a annoncé l'octroi de 20 millions $ d'aide financière pour les commerces d'Ottawa, n'a pas inclus les commerces gatinois.

On comprend bien que comparativement à Ottawa, nos commerces étaient en opération, concède M. Bisson, mais il rappelle tout de même la présence de campements liés aux camionneurs et les bouchons de circulation engendrés par les fermetures des ponts, ce qui selon lui a eu un impact économique réel à Gatineau.

On a perdu de l’achalandage, particulièrement au niveau de la restauration, il y a eu énormément d'annulations , dit-il, en ajoutant que les magasins de vente au détail ont aussi souffert des dernières semaines.

M. Bisson dit en avoir discuté avec les députés de la région, et affirme avoir bon espoir que le gouvernement sera au rendez-vous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !