•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada annonce à son tour une « série de sanctions économiques » contre la Russie

Le premier ministre Trudeau en point de presse.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé une première série de sanctions économiques contre la Russie.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Après les États-Unis, c'est au tour du Canada de condamner la reconnaissance par Moscou de la souveraineté des séparatistes sur l'ensemble de Donetsk et de Louhansk, dans l'est de l'Ukraine.

En conférence de presse, mardi en fin d'après-midi, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé l’imposition d’une première série de sanctions économiques à l'encontre de la Russie.

Ottawa, a-t-il expliqué, va notamment interdire aux Canadiens de faire toute transaction financière avec les territoires "indépendants" de Louhansk et de Donetsk et imposer des sanctions aux membres du Parlement russe qui ont voté pour la décision illégale de reconnaître ces territoires.

En outre, le gouvernement fédéral entend interdire aux Canadiens de participer à des achats de la dette souveraine russe et imposer des sanctions supplémentaires contre les banques russes soutenues par l’État, et interdire toute transaction financière avec elles, a poursuivi M. Trudeau.

« Ces sanctions marquent une étape importante et ciblent les responsables des violations de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Elles vont rester en place jusqu’à ce que l’intégrité territoriale de l’Ukraine soit rétablie. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre – pour qui l'invasion russe en Ukraine est absolument inacceptable – a également annoncé dans son discours avoir autorisé le déploiement de 460 militaires dans le cadre de l'opération REASSURANCE, dont la mission est de dissuader la Russie de déclencher un conflit armé.

Cela implique davantage de troupes en Lettonie, ainsi que le déploiement d'une frégate supplémentaire et d'un avion de patrouille maritime, a-t-il précisé.

Poutine a sous-estimé la réponse internationale, croit Trudeau

Cette annonce fait suite à la reconnaissance par le président russe Vladimir Poutine de l'indépendance des séparatistes ukrainiens sur l'ensemble des territoires de Donetsk et de Louhansk.

Elle s'ajoute aux sanctions économiques décrétées par plusieurs autres pays, dont celles prononcées mardi par le président américain Joe Biden afin d'empêcher Moscou de débloquer des fonds occidentaux pour rembourser sa dette souveraine.

L'Allemagne a également annoncé la suspension du gigantesque projet de gazoduc Nord Stream 2 qui devait acheminer encore davantage de gaz russe en sol allemand.

Vladimir Poutine a peut-être sous-estimé la fermeté de la réponse de la communauté internationale, a déclaré mardi le premier ministre Trudeau, et cette réponse ferme et unie à travers le monde va finir par coûter très cher au président Poutine, a-t-il estimé.

Cela dit, les pourparlers diplomatiques continuent, et il n'est pas trop tard pour la Russie de rechercher une solution diplomatique au conflit, a affirmé M. Trudeau.

Le premier ministre et les ministres de la Défense nationale, des Affaires étrangères et des Finances prennent la parole pour annoncer des sanctions économiques contre la Russie.

Le premier ministre était accompagné mardi de sa vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, et de la ministre de la Défense nationale, Anita Anand.

Cette dernière n'a donné que peu de détails quant aux opérations militaires envisagées. Mais elle a révélé qu'une batterie d'artillerie d'environ 120 soldats sera déployée d'ici les 30 prochains jours; que la frégate NCSM Halifax se rendra sur place le mois prochain; et qu'un appareil Lockheed CP-140 Aurora sera mis à contribution.

La ministre Joly, pour sa part, a dénoncé le révisionnisme historique contenu dans les propos du président russe. L'Ukraine est un pays souverain et le président Poutine ne peut nier son droit d'exister, a-t-elle déclaré.

Les actions du régime russe auront de graves conséquences, a prévenu la ministre. Ces actes imprudents et dangereux qui mettent en danger la vie de citoyens innocents ne resteront pas impunis.

En ce qui concerne les sanctions économiques, Mme Joly a décrit la stratégie occidentale comme une manière de priver le pays de financement étranger.

« Nous savons que la Russie a étoffé sa trésorerie de guerre, mais ses réserves ne vont pas durer éternellement. La Russie devra chercher de nouveaux fonds en utilisant notamment sa dette souveraine. Nous ferons en sorte qu'il soit illégal pour les Canadiens de participer à cet effort. »

— Une citation de  Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères

Plus tôt mardi, la ministre Joly avait avisé sa sous-ministre de convoquer l'ambassadeur russe au Canada, Oleg Stepanov, pour demander des explications sur l'agression continue de la Russie, sa violation du droit international et son mépris de la souveraineté ukrainienne.

Elle avait aussi redemandé aux Canadiens qui se trouvent en Ukraine de quitter le pays maintenant.

Le Canada a décidé il y a 10 jours de suspendre temporairement les activités à son ambassade de Kiev. Le personnel diplomatique a été transféré à un bureau temporaire, à Lviv, une ville de l'ouest du pays.

Nous serons à vos côtés, assure Trudeau aux Canado-Ukrainiens

La réponse canadienne de mardi s'inscrit dans une série de mesures prises ces derniers mois pour soutenir l'Ukraine face à la menace russe.

À la fin de janvier, le gouvernement Trudeau avait annoncé le prolongement de la mission UNIFIER, qui a formé plus de 30 000 membres des Forces de sécurité de l'Ukraine depuis 2015.

La semaine dernière, Ottawa avait aussi annoncé l'envoi d'équipements militaires létaux et de munitions à l'Ukraine afin de dissuader la Russie de poursuivre son agression contre ce pays.

Je sais que la situation est profondément préoccupante, a déclaré mardi le premier ministre Trudeau à l'intention des centaines de milliers de membres que compte la communauté ukrainienne au Canada.

Mais votre communauté a apporté d'importantes contributions à l'édification du Canada et nous serons à vos côtés à chaque étape, a-t-il promis.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !