•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndiqués de la SQDC se dotent d’un mandat de grève

Des gens passent devant un magasin de la SQDC (Société québécoise du cannabis) à Montréal, le samedi 15 janvier 2022.

Les horaires, les salaires, les postes de chefs d'équipe et les transferts entre succursales sont au cœur du conflit entre les syndiqués et la direction de la SQDC.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Le syndicat représentant plus de 300 employés de 24 succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) indique mardi qu'il a obtenu un mandat de grève de ses membres.

La section locale 5454 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) annonce dans un communiqué que lors d'une assemblée générale tenue dimanche, les membres ont entériné à 91 % la proposition unanime de leur exécutif et se sont dotés d'un mandat permettant d'enclencher des moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève générale illimitée, au moment jugé opportun.

Après huit rencontres de négociation, un médiateur a été nommé dans ce litige par le ministère du Travail, à la demande de l'employeur, indique le syndicat.

Les principales demandes syndicales concernent notamment les horaires, les salaires, les postes de chefs d'équipe et les transferts entre succursales, précise le syndicat.

Par ailleurs, Daniel Morin, conseiller syndical au SCFP, soutient que l'employeur refuse de reconnaître le droit de négocier aux employés des nouvelles succursales qui se sont syndiqués.

David Clément, président du Syndicat des employés de la SQDC, assure que l'exécutif donnera une chance à la médiation en cours.

Cependant, nous n'accepterons aucunement que l'employeur tente de créer des disparités de traitement entre les succursales, écrit-il. Notre mandat est clair, nous négocierons pour nos 24 succursales en même temps une même convention collective.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !