•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les effets secondaires de la vaccination sont rares, quasi absents chez les enfants

Une personne remplit une seringue à partir d'une fiole du vaccin.

Le vaccin contre la COVID-19 de Moderna.

Photo : Radio-Canada

Depuis le début de la campagne de vaccination contre la COVID-19, lancée au pays il y a un peu plus d'un an, quelque 79 millions de doses ont été administrées à plus de 32 millions de Canadiens. Or, seulement 0,048 % de ces doses ont entraîné des effets secondaires, selon les rapports disponibles.

De plus, la très grande majorité de ces rapports concernent des effets secondaires sans gravité.

En date du 4 février 2022, seulement 0,038 % de toutes les doses administrées ont eu des effets secondaires sans gravité (29 976) contre 0,01 % qui ont eu des effets secondaires graves (7999), selon les données provenant du Système canadien de surveillance des effets secondaires de l’Agence de la santé publique du Canada et du programme Canada Vigilance de Santé Canada.

C’est sensiblement les mêmes proportions que celles constatées en mai 2021, six mois après le début de la campagne de vaccination : 0,038 % d’effets secondaires sans gravité et 0,006 % d’effets secondaires graves.

Sur les 79 millions de doses administrées au Canada, on déclare 48 signalements d’effets secondaires pour 100 000 doses. Pour les effets secondaires sans gravité, on parle de 37,8 signalements pour 100 000 doses administrées; et pour les effets secondaires graves, on parle de 10,2 signalements pour 100 000 doses.

Le taux d’effets secondaires le plus élevé a été constaté chez les 40 à 49 ans, suivis des 50 à 59 ans, alors que c'est chez les 5 à 11 ans qu'on trouve le taux le moins élevé.

Le taux pour ce dernier groupe d'âge est en fait quatre fois moins élevé que le taux combiné de tous les groupes. Pour les enfants de 12 à 17 ans, c’était 1,6 fois moins élevé.

Plus de 70 % des signalements concernent les femmes. Le taux de déclaration chez les femmes était de 65,8 signalements pour 100 000 doses administrées, comparativement à 25,5 signalements pour 100 000 doses chez les hommes.

Cette tendance est remarquée ailleurs dans le monde, note le gouvernement du Canada, qui ajoute qu'on ne sait pas avec exactitude si cela est partiellement dû au comportement favorisant la santé (ex. : déclarer les effets secondaires) ou aux différences biologiques entre les femmes et les hommes.

Par ailleurs, parmi les 36 857 déclarations d’effets secondaires, 61 (0,17 %) concernaient des personnes qui avaient reçu un vaccin contre l’influenza et un vaccin contre la COVID-19 le même jour.

Quel vaccin provoque le plus d’effets secondaires?

Les taux globaux d’effets secondaires sont relativement semblables pour les vaccins Comirnaty Pfizer-BioNTech (42,58 pour 100 000 doses) et pour le Spikevax Moderna (51,51 pour 100 000 doses).

Le vaccin Vaxzevria AstraZeneca/COVISHIELD a cependant un taux d’effets secondaires deux fois plus élevé que les autres. Cela dit, moins de 3 millions de doses de ce vaccin ont été administrées, soit moins de 5 % de toutes les doses. Depuis juin 2021, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) ne recommande plus, en effet, l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca en deuxième dose, à moins qu’un vaccin à ARN messager (ARNm) soit inaccessible ou contre-indiqué. Cette recommandation a été prise notamment parce que ce vaccin est un peu moins efficace que les autres et en raison des risques de thrombocytopénie.

Le taux de signalements d’effets secondaires pour 100 000 doses est par ailleurs beaucoup moins élevé pour la deuxième et la troisième dose, et ce, peu importe le vaccin administré.

En fait, pour le vaccin Comirnaty Pfizer-BioNTech, ce taux est huit fois moins élevé que pour la première dose et quatre fois moins élevé que pour la deuxième dose. Pour la troisième dose de Spikevax Moderna, le taux est 16 fois moins élevé que la première dose et six fois moins élevé que la deuxième dose.

On remarque aussi que le taux d’effets secondaires pour la première dose du vaccin Spikevax Moderna est presque le double de ce qui a été signalé pour la première dose du vaccin Comirnaty Pfizer-BioNTech. Par contre, les taux pour la deuxième et la troisième dose du vaccin Spikevax Moderna sont presque identiques à ceux de Comirnaty Pfizer-BioNTech.

Quels sont les effets secondaires les plus signalés?

Dans de nombreux cas, les quelque 37 000 signalements font état de plus d'un effet secondaire ressenti. Parmi les effets secondaires les plus souvent signalés, on trouve la paresthésie (chatouillement ou picotement), suivie de la douleur au point d’injection, des maux de tête, des démangeaisons cutanées, de l’essoufflement et de la fatigue.

Les taux de différents effets secondaires se ressemblent pour les vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech. Le vaccin de Moderna semble toutefois provoquer plus de douleurs, de rougeurs, d’enflure et de réactions cutanées au point d’infection. Ce vaccin provoque légèrement un peu plus de fièvre.

Dans le cas du vaccin d'AstraZeneca, on déclare davantage d'effets secondaires comme les maux de tête, la fièvre et la fatigue.

Qu’en est-il des effets secondaires graves?

Le gouvernement du Canada surveille certains effets indésirables, notamment les myocardites, péricardites, thrombocytopénies et le syndrome de Guillain-Barré.

On a déclaré 110 cas de syndrome de thrombose avec thrombocytopénie, dont 71 avec le Vaxzevria d’AstraZeneca/COVISHIELD, 27 pour le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech, et 12 pour le vaccin Spikevax de Moderna.

Le taux pour 100 000 de thrombose avec thrombocytopénie est quatre fois plus élevé dans le cas du vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca/COVISHIELD que pour les autres vaccins.

L’âge médian des personnes qui ont développé ce syndrome après l’administration du vaccin Vaxzevria d'AstraZeneca/COVISHIELD est de 57 ans. Sur les 71 cas, 63 ont été déclarés après la première dose. Six décès font l'objet d'une enquête.

En date du 11 février 2022, on a signalé 1775 cas de myocardite/péricardite, dont 1134 cas après l’administration du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech, 604 après l’administration du vaccin Spikevax de Moderna, 31 après l’administration du vaccin Vaxzevria d'AstraZeneca/COVISHIELD.

L'âge médian des personnes touchées par cet effet secondaire est de 29 ans; les hommes sont davantage touchés.

Un total de 120 signalements du syndrome de Guillain-Barré ont été déclarés, dont 54 après l’administration du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech, 39 après l’administration du vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca/COVISHIELD et 26 cas après l’administration du vaccin Spikevax de Moderna.

Enfin, un total de 290 rapports indiquaient un décès survenu après l’administration d’un vaccin. Le gouvernement du Canada note que ces décès ne sont pas nécessairement liés au vaccin.

Après une revue médicale de ces rapports, il a été déterminé que 97 décès n’étaient pas liés à la vaccination contre la COVID-19; 149 ne pouvaient être classifiés à cause d'un manque d'information et 44 décès font encore l'objet d'une enquête.

Quelle protection avec le vaccin?

Selon Santé Canada (Nouvelle fenêtre), pour la période du 2 janvier au 30 janvier 2022, les personnes non vaccinées étaient quatre fois plus nombreuses à avoir été hospitalisées et six fois plus à mourir de la maladie que celles ayant reçu deux doses du vaccin.

Les personnes qui ont reçu trois doses du vaccin étaient pour leur part 13 fois moins nombreuses à avoir été hospitalisées et 16 moins nombreuses à être décédées de la maladie que les personnes non vaccinées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !