•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS des Îles « impuissant » face à son déficit budgétaire

L'hôpital de Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine.

Les mesures mises en place pour réduire la facture liée à l'embauche de travailleurs indépendants n'ont pas eu l'effet escompté (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le CISSS des Îles n'est pas en mesure d'atteindre les cibles de son plan d'équilibre budgétaire pour l'année financière en cours. La direction de l’établissement avoue même son impuissance face à la hausse exponentielle des coûts de la main-d’œuvre indépendante, principale cause du déficit anticipé.

Le CISSS des Îles espérait réduire les coûts liés à l’embauche de travailleurs externes de 445 000 $ d'ici le 31 mars, en vertu du plan d’équilibre budgétaire 2021-2023 exigé par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

C'est plutôt une hausse de 1,8 millions de dollars qui est attendue, créant ainsi un écart de 2,3 millions par rapport à la cible fixée.

Les mesures de redressement qu’on avait envisagées pour réduire les coûts de la main-d’œuvre indépendante ne se réalisent pas, admet le directeur des services administratifs, Claude Cyr.

Les coûts de main-d’œuvre indépendante ont explosé au CISSS des Îles au cours des dernières années.

La direction de l’établissement anticipe qu'ils seront 56 fois plus élevés cette année qu'en 2017-2018, ce qui explique en majeure partie le déficit budgétaire maintenant estimé à 3,3 millions de dollars pour l’année financière en cours.

Évolution des coûts liés à l’embauche de main-d’œuvre indépendante au CISSS des Îles

Années financières

Coûts

2017-2018

107 000 $

2018-2019

476 000 $

2019-2020

1,3 M$

2020-2021

5,04 M$

2021-2022

5,97 M$ (coûts anticipés d'ici le 31 mars 2022)

La présidente-directrice générale du CISSS des Îles, Sophie Doucet, admet que l'organisation ne peut solutionner les déficits budgétaires engendrés par le recours à la main-d’œuvre externe.

« On se sent un peu impuissant face à ça, c'est une problématique qui est tellement énorme. Je ne suis pas convaincue que ça va se résorber d'ici deux ou trois ans, j'ai comme l'impression que comme société on a un problème majeur. »

— Une citation de  Sophie Doucet, PDG du CISSS des Îles

Est-ce que, dans 10 ou 15 ans, on va être capable de continuer à donner les mêmes services à notre population qui est vieillissante?, demande même Mme Doucet.

Une chose est certaine selon le directeur des services administratifs, Claude Cyr, le CISSS des Îles n’a pas les moyens financiers de payer les coûts de main-d’œuvre indépendante.

Tant que ce problème-là ne sera pas réglé, on est, d’un point de vue financier, comme un bateau percé où l’eau rentre, illustre M. Cyr. On peut s’attarder à des problèmes mineurs, mais notre principal problème demeure.

« On souhaite qu’il y ait une action d’ordre provincial pour éradiquer le problème de la main-d’œuvre indépendante. »

— Une citation de  Claude Cyr, directeur des services administratifs au CISSS des Îles

Quand des employés quittent volontairement le réseau pour adhérer à une agence indépendante, puis reviennent deux semaines après pour nous offrir leurs services (NDLR En tant que travailleur indépendant), vous comprendrez que c’est difficile à gérer, explique-t-il.

Des infirmières transportent une civière et un soluté dans le département de radiologie de l'hôpital des Îles-de-la-Madeleine.

Les coûts de main-d'œuvre indépendante ont été multipliés par 56 en cinq ans (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Actuellement, 45 postes sont dépourvus de titulaires au CISSS des Îles, ce qui génère des économies de 1,3 millions de dollars. Celles-ci sont toutefois lourdement contrebalancées par l’embauche de main-d’œuvre externe qui s’avère plus coûteuse, notamment en raison des frais d’hébergement et de transport dans une situation d’insularité.

Pas de coupes dans les services

Selon la PDG du CISSS des Îles, aucune coupe dans l'offre de services à la population n’est pour l’instant envisagée ni exigée du ministère de la Santé et des Services sociaux pour retrouver l’équilibre budgétaire.

On n’est pas du tout dans une logique de coupure de services pour atteindre l’équilibre budgétaire : le déficit est essentiellement causé par les coûts de main-d’œuvre indépendante, mentionne-t-elle.

Oui, le Ministère pourrait nous dire que ça ne convient pas comme résultat, mais pour l'instant on n'en est pas là, ajoute Sophie Doucet.

« Je verrais mal comment le Ministère pourrait nous demander de couper dans des services alors qu'on n'est même pas capable de les donner à la hauteur de ce qu'on devrait par manque de main-d'œuvre. Ce serait complètement illogique. »

— Une citation de  Sophie Doucet, PDG du CISSS des Îles

Le plan de retour à l’équilibre budgétaire du CISSS des Îles mise sur six actions visant toutes à réduire les coûts de la main-d'œuvre.

Actions du plan de retour à l'équilibre budgétaire du CISSS des Îles :

  1. Attirer et retenir le personnel
  2. Retarder les retraits préventifs des travailleuses enceintes qui seraient, selon le CISSS, plus hâtifs dans l’archipel qu’ailleurs au Québec
  3. Améliorer la présence au travail
  4. Recruter à l’international
  5. Saisir les occasions de formation
  6. Réduire les coûts d’hébergement liés au CLSC de l’île d’Entrée

Le ministère a refusé certaines mesures liées aux actions #1 et #6.

La PDG du CISSS des Îles croit qu’il n’est plus possible de réduire les dépenses de façon significative sans amputer les services offerts.

Tout ce qui pouvait être optimisé, ça a déjà été fait. On n’est plus à un stade où on peut dire qu’on peut couper telle structure ou centraliser tels services pour économiser, affirme Sophie Doucet. C’est difficile de trouver des mesures d’équilibre budgétaire qui n’ont pas d’impact sur les services.

La présidente-directrice du CISSS des Îles, Sophie Doucet, photographiée dans son bureau.

La présidente-directrice du CISSS des Îles, Sophie Doucet

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

À moins de six semaines de la fin de l’année financière, Sophie Doucet indique que le ministère est réaliste quant à l’impossibilité de combler le déficit, mais précise que des mesures complémentaires seront exigées en 2022-2023 pour remplacer celles du plan d'équilibre budgétaire refusées par Québec.

Il va falloir faire un tour de roue à l’interne pour voir si on peut économiser sans avoir d’impact sur les services, on va faire l’exercice pour le prochain budget, indique la présidente-directrice générale.

Logement et place en garderie : appel à la mobilisation

En marge de la présentation du plan d’équilibre budgétaire, la dirigeante du centre de santé madelinot a profité de l’occasion pour inviter la communauté des Îles-de-la-Madeleine à prendre le taureau par les cornes en matière de création de logements et de places en garderie.

Ça nous arrive assez souvent de voir que des candidats refusent de venir chez nous parce qu’ils ne peuvent pas se loger tout court ou à coût raisonnable, ou bien parce qu’ils n’ont pas de garderie, mentionne Sophie Doucet.

Ça nous cause des problèmes budgétaires, mais surtout, ça fait en sorte qu’on ne peut donner certains services, poursuit la PDG.

La façade du campus des Îles-de-la-Madeleine du Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Une formation collégiale en soins infirmiers sera offerte à la prochaine rentrée au campus des Îles-de-la-Madeleine (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Petite lueur d’espoir : le campus des Îles offrira pour la première fois la formation collégiale en soins infirmiers dès août 2022.

Quatre personnes ont déjà fait une demande d’admission, alors que la première cohorte pourrait accueillir jusqu’à 10 étudiants. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 1er mars.

Une partie de la formation sera offerte en téléenseignement en collaboration avec le campus de Gaspé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !