•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ateliers pour accroître la visibilité des entrepreneurs noirs auprès du fédéral

Une femme noire parle debout autour d'une table à deux hommes et une femme.

Deux ateliers sont prévus à Windsor le 23 février et le 2 mars.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral et l’organisme Black Business Canada de Windsor organisent cette semaine des sessions de formation en ligne pour donner aux entrepreneurs noirs des informations sur la manière de décrocher des contrats fédéraux.

Selon la présidente de Black Business Canada, Maxine Ebegbuzie-Shelton, le programme consiste à fournir aux propriétaires d'entreprises noirs plus d'informations sur la façon de répondre aux appels d'offres du gouvernement.

Pour Mme Ebegbuzie-Shelton, il est crucial d'avoir un programme spécifiquement axé sur les entreprises de Windsor.

On ne peut pas vraiment copier-coller des entrepreneurs de Toronto et penser qu'il s'agit d'une expérience générale pour tout le pays. Un [entrepreneur] noir de Windsor est très différent d'un entrepreneur noir de Toronto, explique-t-elle.

Maxine Ebegbuzie-Shelton, présidente de Black Business Canada, assise dans son bureau.

Maxine Ebegbuzie-Shelton, présidente de Black Business Canada de Windsor

Photo : Avec l'autorisation de Maxine Ebegbuzie-Shelton

Des processus compliqués

Selon Emmanuel Choukou, le directeur général de la Coopérative économique multiculturelle de Windsor, ces sessions d'information sont les bienvenues.

Comprendre les procédures de l'État en matière de passation de marché est fondamental pour tout entrepreneur. Il y a très peu d’immigrants qui comprennent comment ils peuvent traiter avec l'État en matière de biens et services, dit-il.

Emmanuel Choukou, directeur général de la Coopérative économique multiculturelle de Winsor

Emmanuel Choukou, directeur général de la Coopérative économique multiculturelle de Windsor

Photo : Avec l'autorisation d'Emmanuel Choukou

Selon M. Choukou, comprendre le processus pour postuler aux programmes fédéraux est complexe.

Les nouvelles connaissances vont nous permettre de soumissionner librement pour les marchés de l'État, ce sont de gros marchés, rappelle-t-il.

« Pour tout entrepreneur, traiter avec l’État est son plus gros souhait »

— Une citation de  Emmanuel Choukou, directeur général de la Coopérative économique multiculturelle de Windsor

Grâce à ces ateliers, Phil Octavien, propriétaire de l'entreprise gastronomique Black Magic Culinary Creations, espère avoir plus de visibilité pour son commerce et assurer son avenir.

Le nouveau programme va me permettre de positionner mon entreprise parmi les meilleures de Windsor, explique-t-il.

Deux ateliers doivent avoir lieu le 23 février et le 2 mars.

M.Choukou invite ses collègues entrepreneurs noirs locaux à participer.

Avec le premier atelier de mercredi, on aura déjà une idée. Je ferai tout pour y être, dit-il.

Ces ateliers sont financés par le gouvernement fédéral grâce à une enveloppe de 15 à 20 
millions de dollars.

Avec les informations de Gabriel Nikundana, et CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...