•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse célèbre le patrimoine de Grand-Pré

La statue d'Évangéline devant la chapelle de Grand-Pré.

La Nouvelle-Écosse souligne cette année le 10e anniversaire de l’inscription du Paysage de Grand-Pré sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ci-dessus : la statue d'Évangéline devant la chapelle de Grand-Pré (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse célèbre lundi le Paysage de Grand-Pré, un symbole de la déportation des Acadiens, à l’occasion de la Journée du patrimoine.

La province souligne cette année le 10e anniversaire de l’inscription du Paysage de Grand-Pré sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Marie-Claude Rioux, directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, explique l’importance de Grand-Pré pour la communauté.

Grand-Pré est le symbole par excellence de la déportation des Acadiens. Grand-Pré, c’est un site qui permet aussi d’unir trois cultures sur un lieu commun, à savoir les Mi'kmaq qui étaient là avant les Acadiens, les Acadiens qui se sont établis en collaboration et en amitié avec les Mi'kmaq, et par la suite les Planters qui se sont établis sur les terres autrefois occupées par les Acadiens, souligne Marie-Claude Rioux au cours d'une entrevue accordée à l'émission Le réveil, d'ICI Acadie.

Le Paysage de Grand-Pré s'étend sur 1300 hectares de terres agricoles dans la vallée d'Annapolis.

Certaines de ces terres cultivées par les Acadiens à l’aide de digues et d’aboiteaux sont toujours entretenues plus ou moins de la même manière et toujours cultivées aujourd’hui par des agriculteurs de la communauté, indique le directeur du Paysage de Grand-Pré, Claude Degrâce.

L’aboiteau est un dispositif avec un clapet aménagé sous une digue. Il permet aux eaux de crue de s’écouler et empêche l'eau de mer d'envahir les terres.

Un musée.

Un ancien aboiteau acadien exposé à Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse (archives).

Photo : Gracieuseté

Les Acadiens au 17e siècle ont employé cette technique avec le soutien des Mi'kmaq. Après la déportation des Acadiens au 18e siècle, les Planters de la Nouvelle-Angleterre se sont installés sur ces terres.

Je suis un fier Acadien et je comprends bien l'importance de raconter l'histoire incroyable de notre peuple, dont les contributions ont joué un rôle fondamental dans la création et le maintien de communautés solides et prospères. En cette Journée du patrimoine, j'encourage tous les gens de la Nouvelle-Écosse à découvrir notre histoire et notre culture dynamique, affirme le ministre des Affaires acadiennes et de la Francophonie, Colton LeBlanc.

Un couple regarde un paysage champêtre.

Le Paysage de Grand-Pré s'étend sur 1300 hectares.

Photo : Parcs Canada

Le Paysage de Grand-Pré organise d’autres activités qui auront lieu cet été afin de célébrer le 10e anniversaire de son inscription à la liste des sites du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Avec des renseignements de l’émission Le réveil/Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador, d’ICI Acadie, et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !