•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations à Ottawa : l’aide du fédéral reçoit un accueil mitigé des commerçants

Des enseignes de commerces à Ottawa.

Le gouvernement fédéral a annoncé une aide de 20 millions pour les petites entreprises affectées par les manifestations contre les mesures sanitaires qui ont duré plus de trois semaines à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral mettra 20 millions de dollars à la disposition des petites entreprises du centre-ville d’Ottawa pour les soutenir financièrement après plus de trois semaines de manifestations au cœur de la capitale fédérale.

Chacune d’elles pourra demander jusqu’à 10 000 $, une somme bien accueillie par certains mais insuffisante aux yeux d’autres commerçants.

Le gouvernement a fait cette annonce au 23e jour de manifestation à Ottawa.

Aide rapide, svp

Cette aide était réclamée par le regroupement des zones d'amélioration commerciale (ZAC) d’Ottawa.

C’est du jamais vu, a lancé Nathalie Carrier, la directrice générale de la zone d'amélioration commerciale de Vanier, pour décrire la situation vécue par les commerçants de son quartier depuis les deux dernières années.

Le visage d'une dame en gros plan.

Nathalie Carrier est directrice générale de la zone d'amélioration commerciale (ZAC) Vanier (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Avoir zéro dollar qui rentre depuis quatre semaines, à la fin d’une pandémie de deux ans, c’est absolument fatal pour nos entreprises, dit-elle.

Mme Carrier souhaite que l’aide annoncée soit très rapidement versée aux commerçants avant qu’ils aient à payer leur prochain loyer.

Il y a eu des pertes énormes qui sont irremplaçables pendant cette crise, souligne la directrice générale de la zone d'amélioration commerciale de Vanier.

Un camion stationné dans la rue devant des commerces.

Plusieurs commerçants d'Ottawa ont été affectés par les manifestations qui ont paralysé le centre-ville au cours des trois dernières semaines.

Photo : Radio-Canada

Une bonne nouvelle en apparence, dit un commerçant

Ces pertes se chiffrent à plus de 400 000 $ pour les deux succursales du café-bistro Le Moulin de Provence à Ottawa.

Pour le propriétaire, Claude Bonnet, les 20 millions de dollars d'aide non remboursable du fédéral sont une bonne nouvelle en apparence.

C’est quand même beaucoup d’argent, mais quand c’est réparti parmi tout le groupe de gens touchés, ce n’est pas énorme, souligne-t-il.

Claude Bonnet

Claude Bonnet, propriétaire du Moulin de Provence (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon les critères du gouvernement, les petites entreprises admissibles pourront toucher un maximum de 10 000 $.

Je vais m’en servir pour m’acheter quelques boîtes de mouchoirs, peut-être. Pour nos magasins, c’est vraiment minime, a commenté le commerçant.

« Je me serais attendu à au moins quatre à cinq fois le montant [annoncé]. »

— Une citation de  Claude Bonnet, propriétaire du café-bistro Le Moulin de Provence à Ottawa.

Situation difficile pour les travailleurs autonomes

Pour d’autres entrepreneurs, le problème est ailleurs. C’est que certains entrepreneurs autonomes sont considérés comme de trop petits fournisseurs pour bénéficier de l’aide du fédéral.

C’est le cas de Robin Séguin, propriétaire du commerce Victoria Barber Shop, à Ottawa.

Une femme accorde une entrevue par visioconférence.

Robin Séguin, propriétaire du commerce Victoria Barber Shop, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Les entreprises incorporées ont le droit à l’argent, mais moi-même, non. Ça va être difficile, se désole Mme Séguin.

Pourtant, Robin Séguin n’a pu ouvrir son salon que cinq jours au cours des trois dernières semaines.

Il y avait des moments où je n’étais même pas capable de traverser les ponts [pour aller à Ottawa] parce que j’habite à Gatineau, raconte-t-elle.

Dès la semaine prochaine, Mme Séguin espère pouvoir recommencer à refaire une beauté à la centaine de clients qui ont prépayé leur coupe pour la soutenir.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !