•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraudes : romances et investissements ont coûté 289 M$ aux Canadiens en deux ans

Des mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

Les arnaques amoureuses et les fraudes liées aux investissements sont les deux types d'escroquerie ayant coûté le plus cher aux Canadiens en 2021, selon le Centre antifraude du Canada.

Photo : iStock

Les fraudes liées aux arnaques romantiques par stratagème de rencontre et aux investissements ont explosé au Canada dans les deux dernières années pour totaliser des pertes monétaires excédant 289 millions de dollars.

En 2020 et 2021, les escroqueries associées aux investissements ont bondi de 28,15 %, et celles dues aux arnaques romantiques par stratagème de rencontre, de 8 %, selon le Centre antifraude du Canada.

Néanmoins, c’est la somme d'argent soutirée aux victimes qui fait sourciller : en 2020, les arnaques romantiques ont coûté un total de 27 989 750 $ aux personnes trompées. Ce montant a plus que doublé en 2021, pour s’établir à 64 604 718 $.

Fraudes romantiques

20202021
1546 signalements1928 signalements
27 989 750 $ en perte64 604 718 $ en perte

Source : Centre antifraude du Canada

Cette tendance est encore plus forte pour les investissements frauduleux. Le montant escroqué en 2021 (163 924 664 $) est 4,89 fois supérieur à celui de 2020 (33 466 885 $).

Fraudes liées aux investissements

20202021
969 signalements3442 signalements
33 466 885 $ en perte163 924 664 $ en perte

Source : Centre antifraude du Canada

Les deux vont de pair

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié un communiqué le jour de la Saint-Valentin pour avertir du lien qui unit ces deux types d’arnaques.

Les fraudeurs emploient des moyens de plus en plus sophistiqués pour cibler les Canadiens, surtout que nous passons davantage de temps en ligne, a souligné le président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers, Louis Morrisset.

Selon lui, les personnes mal intentionnées recourent de plus en plus aux médias sociaux et aux sites de rencontre pour dénicher de nouvelles victimes afin de les amener par la manipulation à nouer des relations amicales ou amoureuses virtuelles.

Les fraudeurs réclament ensuite de l’argent pour l’investir une fois qu’ils ont gagné la confiance de leurs victimes.

Ces investissements sont souvent encouragés par la promesse de rendement avantageux publiée sur des sites Internet de plateformes de négociation frauduleuse, préviennent les ACVM. Après avoir tissé une relation en ligne, [les escrocs] font miroiter une occasion d’investissement et convainquent la victime de verser un paiement initial.

Ils arrivent fréquemment à la persuader de continuer d’investir, ce qui peut engendrer des pertes substantielles, ajoutent les Autorités canadiennes en valeurs mobilières. Bien souvent [la] victime continue d’investir jusqu’à ce qu’il devienne évident que les fonds ne peuvent être retirés.

Les cryptomonnaies sur le radar

Cette façon d'opérer, c'est à dire de mêler amour à investissement, se manifeste aussi dans la montée en popularité des cryptoactifs, comme le bitcoin.

À Edmonton, ce type d’arnaques a bondi de 4 signalements en 2019, à 87 en 2021.

Encore une fois, la somme d’argent dérobée a elle aussi augmenté, passant de 84 000 $ en 2019 à 5,29 millions de dollars en 2021, affirme le Service de police de la Ville d’Edmonton par communiqué.

Un certain nombre de ces fraudes à l’investissement ont débuté par une relation romantique virtuelle qui a progressé vers des discussions sur les cryptomonnaies et éventuellement en transferts de fonds, témoigne la détective de l’unité d’enquêtes à la cybercriminalité du Service de police de la Ville d'Edmonton, Dana Ghering.

C’est partout : il y a même des publicités à la radio pour investir, et vu que tout le monde semble en parler, les gens peuvent avoir l’impression de manquer une occasion et plongent [dans cet univers] sans avoir pris le temps de faire des recherches.

Une citation de Dana Ghering, détective en cybercriminalité, Edmonton

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières avisent de faire preuve de plus de prudence à l'égard de ce type d’investissement. Car, une fois les fonds versés, il est presque impossible de se faire rembourser, et les fraudeurs peuvent disparaître sans laisser ni une trace ni un sou.

Quelques conseils de la détective Dana Ghering :

  • Demander à la personne rencontrée sur les réseaux sociaux de la rencontrer en personne ou par appel vidéo pour confirmer son identité.
  • Faites une recherche en ligne du numéro de téléphone ou de l’adresse physique présentés par le fraudeur potentiel pour vérifier s’il habite bien à l’endroit qu'il le prétend. N’hésitez pas non plus à téléphoner à ce numéro pour voir si la bonne personne décroche.
  • Ne partagez aucune information personnelle tant que vous n’avez pas confirmé l’identité de la personne.
  • Faites attention si le rendement de l'investissement est élevé en plus d’être garanti sans risque, car les investissements ont toujours un potentiel de risque.
  • Résistez à la tentation d’investir sur-le-champ, les fraudeurs aiment créer un sentiment d’urgence.


Vous pouvez également consulter le moteur de recherche des ACMV pour savoir si la personne ou l’entité qui vous propose d’investir est inscrite auprès de ces organisations (Nouvelle fenêtre).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.