•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année festive pour l’Espace René-Lévesque

Un panneau montre René-Lévesque lors de la conférence constitutionnelle en 1981. Le panneau est positionné à l'extérieur, dans un trajet thématique à plusieurs volets portant sur la vie de cet homme politique.

René-Lévesque est né le 24 août 1922 (archives).

Photo : Radio-Canada

En plus de préparer plusieurs activités pour souligner le 100e anniversaire de naissance de l’ancien premier ministre René Lévesque, qui a grandi à New Carlisle, l’organisme collabore à plusieurs événements.

Même si la programmation complète des activités n’est pas terminée, des événements sont déjà en marche. C’est le cas du concours Prise de parolepublique, qui s’adresse aux étudiants de quatrième et cinquième secondaire.

Le concours vise à encourager les jeunes à s’exprimer publiquement sur des thèmes qui sont importants pour eux. L’activité est organisée en collaboration avec les deux centres de services scolaires de la Gaspésie. La finale du concours devrait avoir lieu au début de l’été prochain.

L’Espace René-Lévesque souhaiterait que cette activité devienne récurrente, indique le président de l’organisme, Gaétan Lelièvre.

René Lévesque, entouré de candidats élus, ferme les yeux en levant les deux bras vers la foule pour tenter de la calmer.

Rassemblement partisan le soir de la première élection du Parti québécois, dirigé par René Lévesque, à Montréal en 1976. Neuf mois plus tard, la Charte de la langue française, sur laquelle une grande partie de la campagne avait porté, a été adoptée par l'Assemblée nationale (archives).

Photo : La Presse canadienne / Archives

Le 24 août, jour de la naissance de l’ancien premier ministre, l’Espace René-Lévesque promet un événement festif organisé dans la Baie-des-Chaleurs. On ne peut pas le dévoiler maintenant parce qu’on travaille ça avec un partenaire régional, commente M. Lelièvre.

À New Carlisle, des journées portes ouvertes seront aussi organisées au musée-jardin, où on peut découvrir la carrière de l’homme politique grâce à un parcours audiovisuel extérieur.

On voit un bâtiment de l'extérieur. Plusieurs panneaux avec des images sont positionnés dans un jardin de manière à former un trajet au cours duquel on découvre la vie de René-Lévesque.

Réalisé par la Fondation de la maison René-Lévesque, cet espace de mémoire est situé à New Carlisle et est géré par l'OBNL Espace René-Lévesque (archives).

Photo : Radio-Canada

Le comité continue de travailler sur d’autres événements, mais aussi d’autres organisations qui contactent l’Espace René-Lévesque pour lui faire part de leurs intentions. Ça vient de partout au Québec, indique Gaétan Lelièvre.

L’Espace René-Lévesque travaille aussi très étroitement avec la Fondation René-Lévesque, qui entend aussi souligner le 100e anniversaire de la naissance du célèbre Gaspésien. Une exposition, organisée par la Fondation, sera présentée à Montréal en sus de celle que prépare le Musée de la civilisation.

Gaétan Lelièvre souligne que tous ces événements, dont les expositions, ne sont pas en compétition avec ceux de l’Espace, mais, au contraire, le tout va s’inscrire en complémentarité.

Maison René-Lévesque

Complémentarité, c’est d’ailleurs le maître-mot que l’Espace René-Lévesque voudrait que le ministère de la Culture retienne quant à la gestion du site de la maison d’enfance de celui qui fut aussi correspondant de guerre et journaliste vedette de Radio-Canada.

Le Ministère a acquis la maison en septembre dernier et l’Espace René-Lévesque ne cache pas son intérêt pour la gestion du site. D’autant plus, fait-il valoir, que le site du musée-jardin et celui de la maison sont situés à quelques centaines de mètres, l’un de l’autre.

Pourquoi ne pas profiter d’une expertise qui est sur place, d’un conseil d’administration qui a fait ses preuves? demande-t-il.

Gaétan Lelièvre indique avoir déjà rencontré la ministre de la Culture et des Commucations, Nathalie Roy, à ce propos. On a senti une ouverture de la ministre, rapporte M. Lelièvre. Il admet toutefois que son organisation aura besoin d’un soutien financier pour remplir un tel mandat.

On aperçoit la façade et un côté de la maison.

La maison a nettement manqué d'entretien au fil des ans (archives).

Photo : Gracieuseté de David Thibault

Les deux parties auront le temps d'en rediscuter.

Avant de parler de mise en valeur du site, le Ministère devra voir à réhabiliter la maison inhabitée depuis plusieurs années. La demeure, qui est reconnue comme bâtiment patrimonial protégé par l’État, a d’abord besoin d’importants travaux de mise à niveau.

Avec la collaboration de Sylvie Aubut

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !