•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est temps que l’enquête sur Jean Charest se termine, croit Dominique Anglade

Chargement de l’image

Dominique Anglade croit que l'enquête Mâchurer a assez duré.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Chargement de l’image

L'enquête Mâchurer sur le financement du Parti libéral du Québec (PLQ) sous Jean Charest a assez duré, estime Dominique Anglade. « Après neuf ans, il est temps de conclure », a-t-elle déclaré en point de presse, jeudi, à l'Assemblée nationale.

L'actuelle cheffe du PLQ était questionnée sur un article du quotidien La Presse selon lequel l'ex-premier ministre a récemment demandé à la cour d'accélérer les procédures judiciaires en lien avec sa poursuite en dommage contre l'État québécois.

Jean Charest réclame 2 millions de dollars pour violation de sa vie privée, alléguant que des informations provenant de documents confidentiels de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) ont été divulguées à la presse.

La requête de l'ancien premier ministre intervient alors que ce dernier est courtisé pour revenir en politique et songe, comme en 2019, à se lancer dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC).

Mérite-t-il d'être blanchi? Il mérite d'avoir une conclusion à l'enquête, a simplement répondu Dominique Anglade, jeudi matin.

Chargement de l’image

Jean Charest a fait savoir au caucus libéral cette semaine qu’il était mécontent d'avoir été associé à des allégations de corruption par les autres partis.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Plus tôt cette semaine, Québec solidaire et le Parti québécois ont soulevé des doutes sur l’intégrité de Jean Charest, ce qui a poussé l'ex-ministre libérale Lise Thériault, qui siège toujours à l'Assemblée nationale, à se porter à la défense de son ancien patron.

En entrevue à 24•60, jeudi soir, Dominique Anglade n'a pas voulu s'immiscer dans la course à la chefferie du PCC. Mais elle a tout de même répété que le temps était venu pour l'UPAC de conclure son enquête sur le financement du PLQ sous l'ère Charest. Après neuf ans, il faut, à un moment donné, passer à autre chose, a-t-elle déclaré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !