•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pôle des métiers et de la technologie du BCIT formera la main-d’œuvre de demain

John Horgan et Ravi Kahlon en conférence de presse.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, et le ministre de l'Emploi, Ravi Kahlon, ont présenté un plan de formation professionnelle pour tenter de pourvoir un million d’emplois d’ici dix ans.

Photo : Radio-Canada / Felipe Fittipaldi

Dans le cadre de la présentation du plan économique de la province, le premier ministre John Horgan a annoncé ce jeudi la création d’un centre de formation professionnelle, basé à l'Institut de technologie de la Colombie-Britannique(BCIT), avec l'ambition de former 12 000 étudiants par an pour combler les besoins du marché du travail.

Le plan économique du gouvernement intitulé : Une Colombie-Britannique plus forte : Un plan pour aujourd'hui, une vision pour demain (StrongerBC : A Plan for Today, a Vision for Tomorrow), s’appuie en partie sur la formation professionnelle pour relancer la croissance et pour tenter de combler le million de nouveaux emplois prévus par la province au cours de la prochaine décennie.

Selon les perspectives du marché du travail, près de 80 % des emplois en Colombie-Britannique au cours de la prochaine décennie exigeront une formation postsecondaire.

Pour tenter de répondre à ce défi, le gouvernement a annoncé la création d’un établissement de formation, le pôle de métiers et de technologie, qui sera basé à l'Institut de technologie de la Colombie-Britannique (BCIT).

Ce centre d'enseignement proposera plus de 20 programmes de métiers et de technologie dans 4 nouveaux bâtiments, sur le campus de Burnaby. Un projet de 162,6 millions de dollars.

Selon le ministère de l'Emploi, de la Relance économique et de l'Innovation, ce nouveau complexe profitera à plus de 12 000 étudiants à temps plein et à temps partiel par année. Sa construction devrait débuter en 2023.

La province finance ce projet à hauteur de 136,6 millions de dollars et le BCIT y apporte 26 millions de dollars, grâce au financement du secteur privé.

Une esquisse du futur centre de formation du BCIT

Les étudiants du BCIT auront accès à de nouvelles installations grâce à un investissement de 162,6 millions de dollars dans le complexe de métiers et de technologie du campus de Burnaby.

Photo : Radio-Canada / Institut de technologie de la Colombie-Britannique

Le centre des métiers et de la technologie, d'une superficie de 7670 mètres carrés, regroupera un pavillon de la menuiserie, un atelier maritime et des bâtiments administratifs.

« Investir dans une nouvelle infrastructure de formation aux métiers au BCIT est un élément crucial pour doter les étudiants pour les emplois de l'avenir tout en soutenant une économie propre et innovatrice. »

— Une citation de  Anne Kang, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle.

La restauration écologique du ruisseau Guichon servira d'espace vert piétonnier et de laboratoire vivant pour les étudiants en restauration écologique.

Cette transformation fournira également à notre incroyable corps professoral et à notre personnel les outils nécessaires pour rester en phase avec les tendances actuelles et émergentes de l'industrie, a déclaré Kathy Kinloch, présidente du BCIT.

Des secteurs leaders

Les perspectives du marché du travail, publiées le 7 février par le gouvernement provincial, indiquent que sur le million de postes qui s'ouvriront au cours des dix prochaines années, environ 63 % seront destinés à remplacer les personnes qui prendront leur retraite.

Les 37 % d'emplois restants seront créés par la croissance économique et la reprise postpandémique.

Par ailleurs, selon la province, la moitié des emplois seront offerts dans les secteurs de la santé et des services sociaux, les services techniques et scientifiques, le commerce de détail, la construction et le secteur alimentaire.

Lignes de code sur un écran d'ordinateur.

L’industrie des technologies connaîtra la croissance la plus marquée, soit environ 4,8 % par année.

Photo : iStock / scanrail

Le premier ministre a également déclaré que l'immigration serait un levier de croissance important pour la province.

En plus des indicateurs économiques traditionnels comme le produit intérieur brut (PIB) et le nombre d'emplois, la province annonce que le plan économique mesurera également des indicateurs de bien-être comme le logement abordable, la formation postsecondaire et la réduction de la pauvreté.

Vers une croissance propre et inclusive?

Aussi, le gouvernement souhaite positionner la Colombie-Britannique pour qu'elle soit compétitive dans une économie mondiale qui accorde une grande importance aux facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, peut-on lire dans un communiqué du ministère de l'Emploi, de la relance économique et de l'innovation.

« La plupart des juridictions dans le monde vont au-delà du PIB et des emplois comme mesures. Il est donc essentiel pour nous, en tant qu'économie, de faire de même. »

— Une citation de  Ravi Kahlon, ministre de l'Emploi, de la Relance économique et de l'innovation.

Le plan économique du gouvernement s'engage à respecter ses promesses en matière de climat et à bâtir une province plus propre, en investissant notamment dans le développement de biens et de technologies à faible émission de carbone.

La province dit aussi vouloir favoriser et aider la transition vers des solutions énergétiques propres et offrir du soutien aux industries pour diminuer leur bilan carbone.

Par ailleurs, le plan économique de la province repose aussi sur l'établissement de partenariats avec les Premières Nations et les communautés autochtones pour soutenir de nouvelles initiatives économiques.

Le gouvernement, qui a annoncé lors du discours du trône son intention de créer un ministère responsable de la gestion du territoire qui se concentrera sur la réconciliation, le développement économique et la protection de l’environnement, s'engage aussi à reconnaître, respecter et faire respecter les droits des autochtones, les titres des Premières Nations et le contrôle des autochtones sur leurs terres et leurs ressources.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !