•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’administration de la 3e dose s’essouffle dans la Capitale-Nationale

Une personne reçoit une dose de vaccin contre la COVID-19 dans le bras.

L’administration de la 3e dose tourne au ralenti dans la Capitale-Nationale.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms / CBC

Moins de personnes se présentent pour recevoir la 3e dose dans la Capitale-Nationale. De ce fait, le CIUSSS a décidé de réduire les heures d’ouverture des centres de vaccination et va même jusqu’à fermer celui du Port de Québec.

Dès dimanche ou lundi, le centre de vaccination du Port de Québec fermera ses portes. Ceux du Centre de foires et de l’Université Laval passeront de deux quarts à un quart de travail par semaine.

Les personnes qui avaient des rendez-vous seront contactées pour les faire transférer à un autre centre tout en gardant le même horaire.

On garde l’accessibilité, mais ce ne sont pas toutes les cliniques qui seront ouvertes tous les jours. On n’a plus besoin non plus de vacciner de 6 h à 21 h, explique la directrice de la vaccination à Québec, Patricia McKinnon.

Plus de 85 % des cinq ans et plus dans la Capitale-Nationale ont reçu deux doses de vaccin, 66 % leurs trois doses.

La semaine dernière, le CIUSSS administrait environ 4000 doses par jour. Cette semaine, ce nombre est de plus ou moins 2000.

Selon Patricia McKinnon, le ralentissement s’explique notamment par le fait que de nombreuses personnes à Québec ont contracté la COVID-19 en décembre et en janvier.

C’est normal que ça descende. On veut que les gens qui ont eu la COVID attendent 8 à 12 semaines avant de recevoir leur 3e dose, dit-elle.

La diminution peut aussi s’expliquer par la suspension du passeport vaccinal. Ça peut être un élément contributif. La semaine dernière, 1400 personnes par jour prenaient rendez-vous. Cette semaine, on est à 7-8-900 personnes, souligne Patricia McKinnon.

Équipe mobile au travail

Le CIUSSS Capitale-Nationale change donc sa stratégie de vaccination. Des équipes mobiles iront dans des milieux ciblés pour tenter de vacciner le plus de monde possible.

Les vaccinateurs iront notamment, du 21 février au 31 mars, dans des refuges pour sans-abris, des organismes communautaires, des banques alimentaires ou certaines écoles.

On va aller à la rencontre de la population pour sensibiliser, expliquer et vacciner. Évidemment, on ne vise pas un grand volume. On va peut-être des fois vacciner 10 personnes, explique la directrice de vaccination.

À Lauberiviève, il s'agit d'une initiative bien accueillie. Autrement, je ne suis pas certain que la clientèle aurait suivi vers les cliniques de vaccination. C'est important d'aller sur le terrain, là où les gens sont. Le fait d'être sur place ça incite les gens qui ne se seraient pas fait vacciner à le faire, souligne Éric Boulay, directeur général.

Les escouades commenceront leur travail au cœur de Québec : Limoilou, Saint-Sauveur, Saint-Roch, Vanier où le pourcentage de vaccination pour la 1re dose est inférieur à l'ensemble de la population de Québec.

La Capitale-Nationale enregistrait mercredi 173 nouveaux cas de COVID-19 (-30), 10 nouvelles hospitalisations (-4) et 3 nouveaux décès en raison du virus.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !