•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Délestage : les hôpitaux du Bas-Saint-Laurent passent du niveau 3 au niveau 2

     Personne qui marche sur un trottoir avec un masque.

Le CISSS espère retrouver sa pleine capacité d'ici les prochaines semaines (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

L’amélioration du bilan sanitaire au Bas-Saint-Laurent permettra au Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de procéder à davantage de chirurgies.

Les établissements de santé du Bas-Saint-Laurent ont maintenant quitté le niveau 3 de délestage des activités pour remonter au niveau 2.

Les plans de délestage avaient été mis en place dans le réseau de la santé pour libérer des ressources pour faire face à la propagation du variant Omicron.

Ainsi, dès cette semaine, le personnel soignant reprendra les chirurgies non urgentes qui nécessitent une hospitalisation, par exemple des chirurgies de la hanche, du genou ou des chirurgies bariatriques.

On veut se donner une capacité de plus au niveau hospitalier entre autres pour cette clientèle-là qui a eu à attendre davantage au courant des derniers mois et chez qui on veut améliorer le délai d’accès. […] Ça va améliorer les listes d’attente pour l’ensemble des chirurgies au Bas-Saint-Laurent, affirme le pdg adjoint du CISSS de la région, Dr Jean-Christophe Carvalho.

Selon les données obtenues par Radio-Canada, 3021 personnes sont en attentes d’une chirurgie au Bas-Saint-Laurent.

De ce nombre, 2304 patients attendent sur une liste d’attente depuis moins de six mois. À l’échelle provinciale, 21 000 Québécois attendent depuis plus d’un an leur chirurgie.

Patients bas-laurentiens en attente d’une chirurgie

0 à 6 mois

6 à 12 mois

12 à 18 mois

18 à 24 mois

2 ans et +

Total

2304 patients

563 patients

84 patients

42 patients

28 patients

3021 patients

Au niveau 3, le CISSS réalisait environ 50 % des activités du bloc opératoire. Cette semaine, les établissements de santé de Rimouski et de Rivière-du-Loup pourront augmenter le volume opératoire à environ 75 % de la normale.

L’accélération des activités au bloc opératoire est possible grâce à la diminution du nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19, dont le nombre dans la région se stabilise autour d’une vingtaine, et du retour au travail d’une centaine d’employés.

Le pdg adjoint du CISSS précise qu’environ 200 employés s’absentent toujours comparativement à 350 dans les dernières semaines.

Le bloc opératoire de l’hôpital de Rimouski fonctionne avec quatre salles ouvertes. À Rivière-du-Loup, on en compte deux.

Le CISSS espère retrouver sa pleine capacité d’ici les prochaines semaines.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !