•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mois de l’histoire des Noirs : 3 questions à l’artiste peintre Ghislain Brown-Kossi

L'artiste peintre Ghislain Brown-Kossi.

L'artiste peintre Ghislain Brown-Kossi

Photo : Kim Seong Goo

Né en France de parents ivoiriens, l’artiste peintre Ghislain Brown-Kossi, qui vit à Vancouver depuis 2017, perçoit le Mois de l'histoire des Noirs comme une occasion d’en apprendre davantage sur les Canadiens noirs et leurs communautés.

Ce mois, qui n’est pas célébré dans son pays natal, est aussi une belle manière de mettre de l’avant les contributions des Noirs pour les Amériques et l’Europe, fait-il valoir.

Le seul petit hic selon lui : la communauté noire devrait être célébrée toute l’année et non seulement pendant un mois, car elle aussi, tout comme les autres communautés du pays, a contribué au développement du Canada.

Dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, Ghislain Brown-Kossi a accepté de répondre à trois questions portant sur les œuvres et les artistes noirs qui l'ont inspiré.

Une personnalité noire que vous admirez?

Un homme assis devant un mur blanc et une table sur laquelle est installé un pot de fleurs roses.

Virgil Abloh

Photo : Getty Images / Dimitrios Kambouris

Virgil Abloh qui est né en 1980 et décédé en 2021. Il a donc à peu près mon âge. C’était l’ancien directeur artistique de Louis Vuitton pour hommes [maison française de maroquinerie de luxe et de prêt-à-porter].

Virgil Abloh a milité pour l’émergence des personnes noires dans le milieu de l'art et de la mode. Il était très engagé et mettait de l’avant le savoir des communautés afro-américaines et des communautés noires, en général.

Ce qui me fascinait chez lui, et ce qui m’a aussi aidé dans ma démarche artistique parce que je fais aussi pas mal de choses, c’est qu’il était pluridisciplinaire. Il était directeur artistique pour Louis Vuitton, mais c’était aussi un DJ, un artiste qui a exposé dans de nombreuses galeries notamment la galerie Perrotin [Paris], il a écrit des livres, il était architecte de formation.

Moi, je viens de la mode, j’étais styliste. Maintenant, je suis artiste. Je m’intéresse aussi à l’architecture. Donc, à un moment donné, ç'a été difficile pour moi de faire des choix.

Puis finalement, en voyant des personnes comme Virgil Abloh, je me suis dit : finalement, je suis comme d’autres qui font plusieurs choses à la fois. On a tous la possibilité de faire plusieurs choses dans cette vie.

Une oeuvre créée par un artiste noir qui vous a marqué?

La peinture « In This Case », de l'artiste afro-américain Jean-Michel Basquiat.

La toile « In This Case » de Jean-Michel Basquiat

Photo : Getty Images / Cindy Ord

Pour l’oeuvre qui m’a marqué, je vais revenir à un de mes artistes préférés qui est [Jean-Michel] Basquiat. J'ai lu beaucoup de livres sur lui. Je me suis vraiment intéressé à son œuvre.

Et donc, la peinture qui m’a le plus marqué par sa puissance et par les couleurs utilisées, c’est In This Case.

C’est une très grosse peinture qui fait à peu près deux mètres sur deux mètres. Elle a été vendue il y a quelques années pour 93 millions de dollars.

Donc, ses peintures, notamment celle-ci, sont très fortes et pour moi, elles ont beaucoup de messages. Comme le fait qu’on puisse utiliser la culture street dans l’art. Parce que Basquiat était un graffeur. Il a fait partie de la Beat Generation. Et il a pris cette street culture et l’a apportée dans l’art. Donc, une possibilité qui n’était pas mise de l'avant et qui maintenant fait partie intégrante de l’art contemporain.

Il faut savoir que Basquiat est le premier artiste afro-américain à entrer au Panthéon des artistes à côté de Picasso et Andy Warhol.

Un artiste noir que vous souhaitez nous faire découvrir?

La couverture du livre « Les racines africaines de la civilisation européenne »

« Les racines africaines de la civilisation européenne » de Jean Philippe Omotunde

Photo : Image fournie par Ghislain Brown-Kossi

Ça sera plus du côté lecture. C’est un grand ouvrage classique qui s’intitule Les Racines africaines de la civilisation européenne écrit par Jean Philippe Omotunde.

C’est un livre qui m’a marqué parce que ce ne sont pas des choses qu’on apprend à l'école. Donc, j’ai dû désapprendre pour réapprendre la culture africaine et la contribution de cette culture au sein de l’Europe.

Il y a beaucoup de choses qu’on utilise actuellement dans notre vocabulaire qui font partie de cette histoire africaine, mais dont on a oublié les racines.

Donc, ce livre m’a permis de revenir à l’essentiel, de revenir à la naissance parce que tout est d’abord passé par l’Afrique, puis la Grèce et finalement l'actuelle Europe.

Il est bon de savoir que l’Afrique a beaucoup contribué à l’essor européen.


Au sujet de Ghislain Brown-Kossi

Ghislain Brown-Kossi a commencé sa carrière dans le domaine de la mode en France. Après une première exposition photo dans son appartement à Paris, il a ensuite présenté ses toiles et photos en France, en Angleterre et au Canada. À Vancouver, l'artiste a exposé ses œuvres au Port Moody Arts Center, Seymour Art Gallery et à la galerie Evergreen de Coquitlam, entre autres. Ghislain Brown-Kossi présente sa toute première exposition solo du 24 février au 27 mars à la galerie Kostuik de Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !