•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La culpabilité au coeur du nouveau roman d’Alain Beaulieu

Le titre du livre est écrit sur la couverture. Une petite cabane est perdue au milieu d'une forêt.

« Le refuge » est le nouveau roman de l'auteur et professeur d'université Alain Beaulieu.

Photo : Éditions Druide

Avec ce douzième roman, l'auteur et professeur de création littéraire à l'Université Laval explore le sentiment de culpabilité.

Tous deux à la retraite, Antoine et Marie ont fui la ville pour s’installer au milieu de la forêt. Loin de tout, leur refuge n’a ni électricité ni eau courante. Leur vie est paisible jusqu’à cette nuit où deux intrus viennent troubler leur quiétude. Le couple devra vivre avec les conséquences de cet événement qui ne laissera personne indemne.

Cette cabane isolée est le point de départ de l'inspiration de l’écrivain Alain Beaulieu. Le refuge est calqué sur un petit chalet qu’on a eu, ma conjointe et moi. Les lieux évoqués dans le roman sont similaires à ceux du réel chalet, qui était situé dans le secteur de Portneuf.

Alain Beaulieu en studio, derrière le micro.

Alain Beaulieu est aussi professeur de création littéraire à l’Université Laval. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Érik Chouinard

Même si les lieux ont appartenu à lui et sa conjointe, ce n’est pas de l’autofiction pour autant. Le refuge est bel et bien un ouvrage de fiction. J’ai imaginé deux personnages, Antoine et Marie, qui vivent un événement traumatisant auquel ils vont répondre de manière impulsive et vivre avec les conséquences, décrit l'écrivain.

Le cœur du récit est le sentiment de culpabilité. Comment on vit avec des événements auxquels on a répondu de manière impulsive, donc pas toujours de la bonne manière, se demandait l’auteur au moment de l’écriture.

Antoine et Marie doivent apprendre à vivre avec une image d’eux-mêmes qui ne correspond plus à leur réalité. Ils restent tout de même solidaires dans l’adversité.

Quand les personnages prennent la parole

Les chapitres sont écrits en deux temps. À tour de rôle, les personnages principaux racontent leur point de vue sur les événements.

« Moi, de la manière que j’écris mes livres, il y a une idée de départ. Je commence à écrire la première phrase, la deuxième suit et la troisième vient après. L’histoire s’installe comme ça. »

— Une citation de  Alain Beaulieu, auteur

Au départ, c’était Antoine qui prenait la parole. Assez rapidement, Marie m’a dit : "Écoute, je ne veux pas que ça soit lui qui raconte ma version de l’histoire!" Après deux chapitres d’écrits, Marie s’est incrustée dans la narration. Elle ajoute son grain de sel ou rectifie certaines pensées.

La double narration permet à l’écrivain de jouer sur les différences, même si le couple est très uni.

C’est la première fois qu’Alain Beaulieu crée un personnage qui est professeur, comme lui.

Ça me permettait de poser un regard sur mon métier, mais surtout sur ma relation avec mes étudiants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !