•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin des tests PCR obligatoires pour les voyageurs vaccinés

Chargement de l’image

Les voyageurs adéquatement vaccinés pourront tout de même être sélectionnés aléatoirement pour subir un test PCR à leur arrivée à l’aéroport.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les voyageurs adéquatement vaccinés ne seront plus obligés de présenter un test PCR de dépistage de la COVID-19 négatif à leur arrivée au Canada à compter du 28 février, a annoncé mardi le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos.

Ils pourront désormais se contenter de présenter un test antigénique, pourvu que ce test soit autorisé par le pays dans lequel il aura été effectué et ait été effectué dans un laboratoire, une entité de soins de santé ou un service de télésanté.

Les voyageurs devront effectuer ces tests au maximum 24 heures avant leur date prévue de vol ou leur arrivée à la frontière terrestre, a précisé le ministre Duclos. Les voyageurs pourront aussi continuer de présenter un test PCR s'ils le souhaitent; dans ce cas, le test devra être fait 72 heures avant l'arrivée au Canada.

Les voyageurs adéquatement vaccinés pourront tout de même être sélectionnés aléatoirement pour subir un test PCR à leur arrivée à l’aéroport, a indiqué le ministre Duclos. Ils n’auront cependant plus à s’isoler jusqu’au résultat de leur test, comme c’est le cas à l’heure actuelle.

La situation ne change cependant pas pour les voyageurs non vaccinés. Ces derniers devront obligatoirement se soumettre à un test de dépistage PCR à leur arrivée, et à un second huit jours plus tard. Ils devront aussi rester en quarantaine pendant 14 jours.

« Les mesures que j’ai annoncées aujourd’hui ne touchent que les gens qui sont vaccinés. Les conditions avec lesquelles ces gens peuvent voyager sont effectivement assouplies et adaptées. Mais pour les non-vaccinés, rien ne change. »

— Une citation de  Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé du Canada

Les enfants de moins de 12 ans qui ne sont pas entièrement vaccinés, mais qui voyagent avec des adultes qui le sont, n’auront plus à se placer en quarantaine pour une période de 14 jours à leur arrivée au Canada à compter du 28 février, a aussi annoncé le ministre Duclos.

Cela signifie qu’ils n’auront plus à attendre et à s’isoler avant d'aller à l'école, à la garderie et au camp de jour. Ils n’auront plus à se soumettre non plus à un test de dépistage ni à respecter d’autres exigences précises en matière frontalière, a commenté M. Duclos.

Chargement de l’image

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, laisse miroiter d'autres allègements.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Évolution des recommandations aux voyageurs

Le ministre a également fait savoir que le gouvernement Trudeau ne recommande plus aux Canadiens d'éviter tout voyage non essentiel à l'étranger. Ces derniers sont tout de même invités à continuer à faire preuve de prudence s'ils quittent le pays.

Il existe un risque toujours très réel de tomber malade à l’étranger, et d’être contraint de prolonger son voyage si on obtient un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 lorsqu’on se trouve à l’étranger, a-t-il souligné. Il existe en outre un risque permanent que les mesures aux frontières changent soudainement.

Selon le ministre Duclos, ces assouplissements prudents sont rendus possibles parce que le Canada a franchi le pic du variant Omicron et que ses citoyens ont respecté les mesures de santé publique.

Si les données épidémiologiques continuent de s'améliorer, si les niveaux d'hospitalisations descendent et si les Canadiens continuent d'aller chercher leur dose de rappel du vaccin, d'autres allègements pourront être envisagés, a-t-il laissé miroiter.

« Si et seulement si la situation le permet, l’exemption de tests pour les voyages de moins de 72 heures pourrait être remise en vigueur et, éventuellement, d’autres allègements en matière de tests pourraient être considérés et être mis en place. »

— Une citation de  Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé du Canada

Le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, a pour sa part annoncé que tous les aéroports capables d'accueillir des vols internationaux pourront le faire à compter du 28 février. À l'heure actuelle, seuls 18 aéroports canadiens peuvent le faire.

Le ministère canadien des Transports, l'Agence de la santé publique du Canada et l'Agence des services frontaliers du Canada s'assureront que ces aéroports sont en mesure de recevoir les voyageurs internationaux dans le respect des règles en vigueur, a-t-il dit.

Il s'agit d'une grande nouvelle pour des communautés comme celles de Windsor, de London, de Fort McMurray et de Moncton, s'est-il réjoui. Cela va soutenir le tourisme local, créer de bons emplois et faire croître notre économie.

Le ministre Alghabra a aussi indiqué qu'il annoncera bientôt les mesures qui seront en vigueur pour les croisiéristes. Elles seront connues à temps pour la prochaine saison qui débutera ce printemps, a-t-il assuré.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !