•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mission accomplie de l’Î.-P.-É. à l’Afrique du Sud pour une navigatrice solitaire

Chargement de l’image

La navigatrice sud-africaine Kirsten Neuschäfer avait des souvenirs de l'Île-du-Prince-Édouard à bord durant son voyage, dont une cannette de bière.

Photo : Gracieuseté/Kirsten Neuschäfer

Radio-Canada

Kirsten Neuschäfer, une navigatrice sud-africaine qui a passé presque toute l’année 2021 à l’Île-du-Prince-Édouard, est rentrée dans son pays.

Elle a quitté Souris le 1er décembre et elle est arrivée à Cape Town 56 jours plus tard en affrontant les conditions rigoureuses de l’Atlantique Nord.

Tout au long du périple, explique-t-elle, elle voyait dans son bateau des objets qui lui rappelaient l’Île-du-Prince-Édouard et les travailleurs qui l’ont aidé à le radouber.

Mme Neuschäfer comptait sur leur expertise pour radouber son voilier de près de 11 mètres nommé Minnehaha en vue de la course Golden Globe 2022, dont le départ sera donné en France le 4 septembre.

Le périple transatlantique

Kirsten Neuschäfer attendait que les vents d’environ 85 km/h se calment un peu pour quitter Souris.

Elle a fait escale à Fishermans Harbour en Nouvelle-Écosse où, dit-elle, le pêcheur Paul Keith lui a offert son aide en cas de besoin. Selon elle, il a hésité à l’aider à repartir le lendemain en raison de conditions difficiles.

Mais elle a pris la mer malgré tout et elle lui a téléphoné quelques jours plus tard pour le remercier et lui dire que tout allait bien.

Kirsten Neuschäfer a passé les Fêtes au milieu de l’océan dans les conditions tropicales du Gulf Stream.

Elle dit avoir admiré des poissons volants, des baleines et des couchers de soleil.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kirsten Neuschäfer aimait particulièrement les couchers de soleil durant son voyage.

Photo : Gracieuseté/Kirsten Neuschäfer

Elle a aussi constaté la présence de nombreux déchets, notamment en plastique et en polystyrène, à la surface de l’Atlantique Nord.

Bientôt une course internationale

Les participants à la course Golden Globe ne peuvent se servir d’un système d’identification automatique, ni d’un GPS, ni d’un téléphone cellulaire.

Toutefois, précise Mme Neuschäfer, les participants peuvent employer un système d’alarme qui les prévient si un autre bateau se trouve à proximité. Elle a profité de sa traversée transatlantique pour s’y habituer et pour naviguer avec les méthodes traditionnelles.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La navigatrice sud-africaine Kirsten Neuschäfer a quitté Souris à l'Île-du-Prince-Édouard le 1er décembre 2021 et elle est arrivée à Cape Town (ci-dessus) le 27 janvier 2022.

Photo : Gracieuseté/Kirsten Neuschäfer

Elle dit être très heureuse du bon fonctionnement de son voilier durant la traversée. Maintenant à Cape Town, elle n’a à réparer aucun problème structurel, seulement quelques fuites mineures.

La navigatrice compte reprendre la mer au début d’avril à destination de l’Europe pour participer à la course. Elle estime disposer ainsi de suffisamment de temps pour régler tout problème imprévu.

Avec les renseignements de Mikee Mutuc et de Brian Higgins, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !