•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai fait les sauts que je suis capable de faire », dit fièrement Marion Thénault

Marion Thénault en perte d'équilibre.

Marion Thénault a chuté à son premier saut lors de la première finale de l'épreuve des sauts en ski acrobatique, aux Jeux olympiques de Pékin.

Photo : Getty Images / Matthias Hangst

Fanny Geoffrion

À peine quelques heures après avoir été éliminée de la super finale de saut acrobatique féminin, Marion Thénault est tout sourire, fière de sa performance aux Jeux Olympiques de Pékin.

Marion Thénault n'a peut-être pas mis la main sur une deuxième médaille lundi, mais elle est heureuse d'avoir bien sauté. J'ai fait les sauts que je suis capable de faire, déclare-t-elle sereinement.

En effet, après avoir chuté à son premier saut lors de la première finale, on peut la voir, souriante, dire à la caméra, on va faire mieux au prochain tour, loin de se décourager. Mais malgré sa bonne performance, la Sherbrookoise a été éliminée. Elle admet avoir été compétition avec de solides adversaires.

De savoir que j'ai été capable de bien gérer ça, pis de sauter à la hauteur de mes capacités. C'est sûr qu'il y a une partie de moi qui est déçue, parce que je sais que j'ai déjà fait des sauts avec de meilleurs pointages. Le podium était accessible, confie-t-elle.

Tout est dans la tête

Marion Thénault dit faire tout ce qu'elle peut pour mettre de côté la pression lorsqu'elle fait son sport. Ça se passe tellement dans la tête. Le saut, je suis capable de le faire, je le fais tous les jours à l'entraînement. La question c'est est-ce que je suis capable de le faire quand ça compte, explique la championne de ski acrobatique. C'est comment je me sens qui va influencer mon saut.

L'athlète de 21 ans ramènera avec elle une médaille de bronze au Canada, remportée jeudi en sauts en équipes mixtes. Mais elle précise que les médailles gagnées ne permettent pas d'enlever la pression pour les épreuves à venir. Oui, on est extrêmement fier, mais à chaque compétition, ça recommence. Veux, veux pas, c'est un peu dans notre sang. Quand t'es un sportif de haut niveau, t'es satisfait cinq minutes, puis après ça, t'en veux plus dit-elle en riant.

Cheerleader numéro un

Pour le reste des Jeux Olympiques, Marion souhaite en profiter au maximum. Elle a très hâte d'aller encourager ses coéquipiers masculins.

« Moi je vais devenir cheerleader numéro un de Team Canada!  »

— Une citation de  Marion Thénault, athlète de ski acrobatique

Pour la suite, la jeune athlète rappelle que le circuit de coupe du monde de ski acrobatique n'est toujours pas terminé cette saison. On a encore quelques coupes du monde en Russie, fin février et début mars, dit-elle.

Elle s'accordera par la suite un mois de congé bien mérité. Mais elle a déjà hâte d'apprendre des sauts plus complexes, qui lui permettraient de ramener l'or à Sherbrooke, rien de moins!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux olympiques d'hiver