•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En images - Vancouver prend la rue à la mémoire des femmes disparues et assassinées

Des centaines de personnes marchent à la mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées à Vancouver.

Cette marche a lieu tous les ans le 14 février à Vancouver. Cette année, des centaines de personnes sont venues pour que jamais ne soient oubliées ces femmes à la vie écourtée.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms CBC

Radio-Canada

En cette 31e marche annuelle, des centaines de personnes sont descendues dans les rues du quartier Downtown Eastside de Vancouver en mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées. La statue controversée de Gassy Jack a été déboulonnée dans le quartier Gastown lors de l'événement. Retour en images.


Des manifestants marchent dans le quartier du Downtown Eastside.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants marchent dans le quartier du Downtown Eastside.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Chaque année à Vancouver, des centaines de personnes participent à cet événement qui a lieu le jour de la Saint-Valentin. La première marche a été organisée en 1992 en réaction à l'assassinat d'une femme autochtone sur la rue Powell.

Des manifestants marchent à la mémoire des femmes disparues et assassinées à Vancouver.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cet événement commémoratif se tient désormais dans plusieurs villes à travers le Canada.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Une procession a été organisée dans le quartier, avec des arrêts pour commémorer les femmes disparues et assassinées là où elles ont été retrouvées ou vues pour la dernière fois.

Une femme joue du tambour lors de la marche à la mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

D'après le gouvernement provincial, une femme autochtone sur cinq a rapporté avoir été victime de violences au début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

La douleur est présente en permanence. Pouvez-vous imaginer toutes les familles au pays qui éprouvent cette même douleur de ne pas savoir où se trouve leur proche ni comment elle est décédée? questionne Sheridan Martin, dont la sœur Cindy a disparu depuis 2018.

Diane Morin, mère d'Ashley Morin, se fait consoler par une femme pendant la marche.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ashley Morin est portée disparue depuis le 10 juillet 2018.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms CBC

Nous voulons que justice soit rendue pour ces femmes. Ce n’est pas encore arrivé. Nous essayons depuis 31 ans d’attirer l’attention sur cette cause, soutient Wendy Nahannee, membre du comité organisateur de la marche.

Des manifestants sont autour de la statue déboulonnée de Gassy Jack.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Deighton (Gassy Jack) a été marié à une Autochtone de Squamish puis à sa jeune nièce de 12 ans.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms CBC

Selon la police, les manifestants ont déboulonné la statue de Gassy Jack autour de 13 h 15 en la tirant avec des cordes et l'ont recouverte de peinture rouge.

John Deighton, plus connu sous le nom de Gassy Jack, était le propriétaire d'un bar de Vancouver dans les années 1860. À l’âge de 40 ans, il a pris pour épouse Quahail-ya, une Autochtone Squamish de 12 ans à qui on a donné le nom anglais Madeline Deighton.

Un manifestant se tient debout sur la statue déboulonnée de Gassy Jack, recouverte de peinture.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La statue a été offerte à la ville le jour de la Saint-Valentin dans les années 1970.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms CBC

En 2020, plus de 2000 personnes ont signé une pétition pour demander à la Ville de Vancouver de retirer la statue controversée.

Un communiqué du maire de Vancouver affirme que cette statue représentait un symbole de douleur, de violence et de traumatismes associés au colonialisme. Le maire Kennedy Stewart dit être en conversation avec la Première Nation de Squamish pour au sujet de l'avenir de la statue.

Des manifestants se rassemblent autour de la statue déboulonnée de Gassy Jack.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le quartier Gastown de Vancouver a été nommé ainsi en raison de Gassy Jack.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Il condamne toutefois les actions des manifestants à son égard, en expliquant que ce geste dangereux sape le travail en cours avec la Première Nation pour guider les prochaines étapes vers la réconciliation.

Avec des informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !