•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick ne veut pas de la Loi sur les mesures d’urgence, dit Higgs

Plan rapproché du visage de Blaine Higgs.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, lors d'une visite à Ottawa (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs ne croit pas qu’il est nécessaire d’imposer la Loi sur les mesures d’urgence dans sa province. Il joint ainsi sa voix à plusieurs premiers ministres provinciaux qui s'opposent à cette mesure historique.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé qu'il invoque la Loi sur les mesures d'urgence pour mettre un terme aux manifestations qui bloquent le centre-ville d’Ottawa et des postes frontaliers du pays.

Justin Trudeau a précisé que ces mesures sont ciblée géographiquement dans les endroits où les besoins se font sentir.

Lors d’une rencontre entre le gouvernement fédéral et les provinces, lundi, Blaine Higgs dit qu’il a recommandé que la loi ce ne soit pas utilisée au Nouveau-Brunswick et qu’elle s’applique seulement en Ontario, ou dans les autres provinces qui en font la demande.

« La fin de la pandémie est en vue et je ne crois pas que ce soit nécessaire d’invoquer des mesures supplémentaires à ce moment-ci. »

— Une citation de  Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Les premiers ministres de l'Île-du-Prince-Édouard, du Québec, de l’Alberta, du Manitoba et de la Saskatchewan ont aussi affirmé qu’ils étaient contre l’imposition de l’état d’urgence sur leurs territoires respectifs.

L'Ontario et la Colombie-Britannique soutiennent quant à eux le recours à la Loi sur les mesures d'urgence et se disent prêts à accueillir toute l'aide nécessaire pour désamorcer la situation.

Qu’est-ce que la Loi sur les mesures d’urgence

La Loi sur les mesures d’urgence, qui a remplacé l’ancienne Loi sur les mesures de guerre en 1988, permet au gouvernement fédéral de faire à peu près tout ce qu’il juge nécessaire pour venir à bout d’une crise nationale.

Le texte législatif précise qu'une telle crise résulte d'un concours de circonstances critiques à caractère d’urgence et de nature temporaire qui met gravement en danger la vie, la santé ou la sécurité des Canadiens et échappe à la capacité ou aux pouvoirs d’intervention des provinces.

Le gouvernement fédéral doit consulter les provinces concernées avant de déclarer l’état d’urgence.

Blaine Higgs a répété qu’il souhaite montrer à la population que la province se dirige vers le déconfinement, plutôt que la mise en place de nouvelles mesures.

Il a indiqué au passage qu’il n’a plus l’intention d’imposer de restrictions supplémentaires aux non-vaccinés. Nous sommes rendus ailleurs comme société, a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !