•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec invité à ne pas abandonner le passeport vaccinal trop vite

Une employée d'un magasin à grande surface valide le statut vaccinal d'un client à l'aide de l'application VaxiCode.

La pression augmente sur le gouvernement Legault pour qu'il abandonne le passeport vaccinal.

Photo : Radio-Canada

Même si la situation épidémiologique au Québec s’est améliorée au point de permettre un assouplissement des mesures sanitaires, des experts croient qu’il serait prématuré d’abandonner le passeport vaccinal dès maintenant.

C'est certain que quand les cas [de COVID-19] se mettent à diminuer, bon, évidemment, le besoin du passeport vaccinal peut diminuer, mais je ne suis pas certain que les cas aient encore suffisamment diminué pour justifier de laisser tomber complètement le passeport vaccinal, fait valoir l’immunologue André Veillette en entrevue à RDI.

Il mentionne que le principal motif ayant mené à l’implantation du passeport, soit de protéger les vaccinés des non-vaccinés et vice-versa, demeure d’actualité.

André Veillette accorde une entrevue à Radio-Canada en vidéoconférence.

Le Dr André Veillette estime que les cas de COVID-19 sont encore trop nombreux au Québec pour envisager l'abandon total du passeport vaccinal.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Veillette ajoute que même si la vaccination n’offre pas une protection complète contre la COVID-19, elle permet de réduire considérablement les risques de développer une forme grave de la maladie.

Je pense que dans les deux sens, il y a une certaine logique à maintenir une distance entre les gens non vaccinés, qui sont potentiellement plus susceptibles de l'attraper et de le transmettre, des gens vaccinés, qui ont moins de chance, mais qui ont quand même encore une chance de l'attraper et de le transmettre, soutient le membre de l'Institut de recherches cliniques de Montréal.

Assouplissement imminent?

Radio-Canada a appris que le gouvernement Legault pourrait annoncer dès mardi un retrait progressif du passeport vaccinal.

La mesure pourrait d’abord être levée dans les magasins à grande surface ainsi que dans les succursales de la SAQ et de la SQDC.

Le ministre Christian Dubé prend la parole durant une conférence de presse.

Vendredi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a évoqué la possibilité de suspendre temporairement le passeport vaccinal et de le réintroduire lors d’une éventuelle sixième vague. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Selon le Dr Veillette, le moment venu, le retrait progressif sera effectivement la bonne stratégie à adopter à l’égard du passeport vaccinal.

« Ça serait une façon logique et prudente de le faire, mais je pense qu'il y a encore quand même beaucoup de cas puis il ne faut pas laisser tomber toutes les mesures qu'on a mises en place. »

— Une citation de  Dr André Veillette, immunologue, membre de l'Institut de recherches cliniques de Montréal

Benoit Barbeau, expert en virologie et professeur au Département des sciences biologiques de l'UQAM, abonde dans le même sens.

Approche graduelle

Il soutient que l’expérience récente de certaines provinces de l’Ouest canadien démontre qu’il est préférable d’y aller graduellement quand vient le temps d’assouplir les mesures sanitaires.

Le gouvernement du Québec, quant à moi, a quand même une approche progressive, graduelle, qui est correcte et adaptée à la situation, confie le Dr Barbeau en entrevue à Radio-Canada.

Benoit Barbeau lors d'une entrevue en vidéoconférence.

Si la situation sanitaire continue de s'améliorer au Québec, le Dr Benoit Barbeau croit que le passeport vaccinal pourrait être retiré graduellement à partir de la mi-mars.

Photo : Radio-Canada

Si le nombre d’infections et d’hospitalisations liées à la COVID-19 continue à progresser dans la bonne direction, dit-il, le Québec pourrait envisager un retrait graduel du passeport vaccinal dans environ un mois.

« Je crois qu'après la mi-mars, avant la fin du mois de mars, ça serait quelque chose de quand même relativement acceptable. »

— Une citation de  Dr Benoit Barbeau, expert en virologie et professeur à l’UQAM

Le professeur ajoute qu’avec l’arrivée du printemps et des températures plus douces, les gens seront appelés à passer plus de temps à l’extérieur, diminuant de ce fait même les risques de transmission du virus.

Sous-variant

Il prévient toutefois que les récents assouplissements des mesures sanitaires pourraient faire repartir les hospitalisations à la hausse et venir changer la donne.

On a un sous-variant qui est encore présent, qui pourrait aussi compliquer un peu la situation, précise Benoit Barbeau.

Doug Ford en point de presse enlève son masque.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a annoncé lundi que le passeport vaccinal sera aboli dans sa province dès le 1er mars.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Selon lui, l’efficacité du passeport comme moyen d’inciter la population à aller se faire vacciner a atteint sa limite.

Il croit cependant que la mesure peut encore contribuer à diminuer la transmission dans les endroits où les risques de propagation sont plus élevés.

Avec des informations de Pierre-Alexandre Bolduc, de Sébastien Bovet et de Julie Drolet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !