•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une maison d’hébergement pour les survivantes de la prostitution ouvre à Québec

Le nouveau service d’hébergement de la Maison de Marthe se veut un « lieu de ressourcement et de reconstruction » pour les femmes survivantes de la prostitution.

Chargement de l’image

La cuisine rénovée de la Maison de Marthe.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

Le nouveau service d’hébergement de la Maison de Marthe a finalement pu ouvrir ses portes lundi après un report lié au manque de personnel. L’endroit servira de tremplin vers une nouvelle vie pour les femmes qui tentent de sortir du monde de la prostitution.

Combler tous les besoins

Le nouveau service d’hébergement de l’organisme peut loger jusqu’à six femmes à la fois. Les deux premières femmes bénéficiaires ont été accueillies lundi. Elles pourront y demeurer de quelques mois à un an, le temps de développer les outils nécessaires pour être autonomes dans leur nouvelle vie.

Chargement de l’image

Le centre d'hébergement comporte six chambres.

Photo : Radio-Canada

On va les aider, soit à retourner sur le marché du travail, ou soit à retourner aux études en allant chercher des organismes publics ou communautaires qui vont venir en soutien à notre intervention, indique la directrice générale de l’organisme, Ginette Massé, en entrevue à l’émission Première heure.

Le service d’hébergement permettra de combler les besoins de base des femmes, qui souvent sortent de la prostitution avec peu de moyens financiers. Elles s’appauvrissent pour pouvoir sortir, parce qu’elles ne sont plus capables de faire ce métier-là, explique Mme Massé.

Un havre sécuritaire pour les femmes

Le service d’hébergement sera également assorti d’une multitude de services d’accompagnement adaptés à la réalité des survivantes. Un programme de formation sera offert en plus d’ateliers, d’un service d'écoute continu et d’un soutien émotionnel, pour en faire un lieu sécuritaire pour qu'elles puissent se rétablir et se reconstruire.

Projet de recherche

Premier en son genre dans la province, le service d’hébergement de la Maison de Marthe est en fait un projet de recherche-action d’une durée de trois ans, qui permettra d’évaluer les meilleures pratiques à adopter lorsqu’on travaille auprès de cette clientèle.

Chargement de l’image

Ginette Massé est la directrice générale de la Maison de Marthe.

Photo : Radio-Canada

On a un comité avec les survivantes, qui vont devenir des chercheuses elles-mêmes pour critiquer ce qui se fait à la Maison de Marthe, ajoute Ginette Massé. Les conclusions tirées de ce projet pourront être partagées avec d’autres organismes désirant offrir des services similaires à l'avenir.

Depuis maintenant plus de 20 ans, la Maison de Marthe offre des services d’aide aux femmes victimes d’exploitation sexuelle. L’ajout des services d’hébergement sera un outil supplémentaire au soutien déjà offert aux survivantes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !