•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quoi faire pour contrer l’inflation du panier d’épicerie?

Un panier d'épicerie.

La Trifluvienne Vicky Payeur partage au quotidien ses astuces de finances personnelles avec ses abonnés sur les réseaux sociaux, dont des trucs pour payer moins cher son épicerie.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La hausse du coût des produits alimentaires se fait particulièrement ressentir ces jours-ci. Les Canadiens paient 3,9 % plus cher leur panier d’épicerie cette année.

C’est d’autant plus vrai pour la viande, les produits laitiers et les fruits.

La Trifluvienne Vicky Payeur partage au quotidien ses astuces de finances personnelles avec ses plus de 50 000 abonnés sur les réseaux sociaux et elle y donne, notamment, des trucs afin de payer moins cher son épicerie.

En ce moment, mon budget d’épicerie, ma partie à moi, c’est 50 $ pour une semaine d’alimentation, affirme la blogueuse.

Fouiller les circulaires... et son frigo

Comme beaucoup de consommateurs soucieux du prix de leurs produits alimentaires, elle consulte d’abord et avant tout les circulaires.

En regardant toutes les circulaires, ça me permet de faire un portrait, de savoir c’est à quel endroit qu’il y a les meilleures promotions, selon qu’est-ce que je veux manger pendant la semaine et ça va influencer aussi ma liste d’épicerie, explique-t-elle.

Mais au-delà des circulaires, Vicky Payeur propose de faire l’inventaire de son garde-manger.

« Je fais le chemin inverse. Plutôt que de regarder un livre de recettes et de décider la recette que je veux cuisiner, je regarde les ingrédients que j’ai et à partir des ingrédients que j’ai sous la main, je vais aller chercher une recette pour cuisiner. »

— Une citation de  Vicky Payeur, créatrice du blogue « Vivre avec moins »

Remettre à plus tard

Une fois rendue à l’épicerie, la Trifluvienne recommande également de jeter un coup d'œil à la section liquidation, qui propose des aliments approchant de leur date de péremption.

Pour les autres produits, s’ils lui semblent trop chers, elle remet simplement l’achat à plus tard.

À 4,99 $ pour 10 livres de pommes de terre, je m’en passerais. J’irais acheter autre chose, commente Vicky Payeur. Peut-être la semaine prochaine qu’il va tomber en spécial à 2,99 $. Ça serait un bon prix pour moi et je mettrais dans mon panier.

Rentabiliser ses achats

Pour la viande, elle rappelle que le meilleur truc est de comparer les prix à la livre.

J’aime beaucoup le poulet parce qu’on peut en mettre partout. On peut faire vraiment différentes choses avec. Le bœuf, on dit que c’est donc bien cher, mais des fois les cubes de bœuf pour le ragoût tombent vraiment à petit prix. C’est d’en acheter et de faire un ragoût, de faire un bœuf bourguignon et vraiment de faire plusieurs recettes pour maximiser notre protéine animale, explique-t-elle.

Vicky Payeur affirme que, pour payer son épicerie à un coût raisonnable, il n’est pas toujours nécessaire de laisser tomber les aliments que l’on aime. Selon elle, l’essentiel est de trouver un équilibre entre les économies et les petits plaisirs.

Avec les informations de Charles-Antoine Boulanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !