•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa envisage un allégement des mesures aux frontières

Une pancarte indique où se trouve le comptoir pour subir un test de dépistage de la COVID-19.

Depuis des mois, les voyageurs doivent présenter une preuve de vaccination et un résultat négatif à un test de dépistage PCR pour entrer au Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le gouvernement du Canada procède à une révision des mesures sanitaires en vigueur au pays, y compris les restrictions aux frontières, a annoncé vendredi le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos.

Parmi les mesures réévaluées figure l'exigence de fournir un résultat négatif à un test PCR datant de moins de 72 heures afin de pouvoir entrer au Canada.

En conférence de presse vendredi, M. Duclos a déclaré que toutes les mesures font l’objet d’une réévaluation constante et nous allons continuer à les ajuster en fonction de la science, de la prudence et de l’évolution de la situation épidémiologique.

En ce qui a trait aux mesures sanitaires imposées aux frontières, le ministre de la Santé a ajouté que des annonces seront faites à ce sujet la semaine prochaine.

« Le pire d’Omicron étant derrière nous, notre gouvernement évalue activement les mesures en vigueur à nos frontières. Nous devrions être en mesure de communiquer des changements à ce sujet dès la semaine prochaine. »

— Une citation de  Jean-Yves Duclos, ministre fédéral de la Santé, sur Twitter

À l'heure où le déconfinement va bon train dans les provinces, Jean-Yves Duclos a cru bon de rappeler aux Canadiens que si certaines mesures sont temporaires, d'autres seront en vigueur pendant longtemps mais pourront être levées dès que la situation épidémiologique, la science et la prudence nous le permettront.

Camionneurs transfrontaliers

La vaccination obligatoire des camionneurs transfrontaliers fait partie des revendications des manifestants qui paralysent le centre-ville d'Ottawa depuis maintenant deux semaines ainsi que des manifestants qui bloquent les routes à divers endroits de la frontière canado-américaine.

Le ministre Duclos a été questionné à savoir si le gouvernement possède des données sur la transmission du virus par les camionneurs transfrontaliers non vaccinés et si cette obligation est importante au point de mettre en jeu la sécurité des citoyens et la paix sociale.

Quand les gens se déplacent – et c'est vrai autour de la frontière, évidemment –, les contacts sont plus fréquents, et ce qu'on a entendu du milieu de l'industrie du transport, c'est que la grande majorité des entreprises et les représentants de ces travailleurs sont en faveur de ces mesures, car ça protège les travailleurs, les entreprises et les chaînes d'approvisionnement, a répondu le ministre Duclos.

Le problème, ce n'est pas la vaccination, c'est l'absentéisme et la maladie, a-t-il fait valoir.

Présente à la conférence de presse, l'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a ajouté que notre base de données n'a pas d'informations sur la transmission du virus selon les occupations des travailleurs transfrontaliers.

Elle a ajouté qu'à l'instar de nombreux Canadiens et de plusieurs travailleurs essentiels, les camionneurs sont infectés par le virus Omicron et qu'ils ne sont pas différents, c'est la même population.

Un autre député libéral exprime sa dissidence

En conférence de presse, le ministre Duclos a aussi abordé le cas du député libéral de la région de Québec Joël Lightbound, qui s'est exprimé ouvertement contre l'approche adoptée par le gouvernement Trudeau en ce qui a trait aux mesures sanitaires. Le ministre a dit que M. Lightbound avait le droit d'exprimer son désaccord, ce qui fait partie de la vie démocratique.

Plus tôt cette semaine, M. Lightbound, avait critiqué le premier ministre Justin Trudeau pour avoir politisé la pandémie.

Sa sortie a révélé des fractures au sein même du caucus libéral alors que la pression s'intensifie sur le gouvernement pour trouver un moyen de mettre fin aux manifestations antigouvernementales qui se multiplient dans tout le pays.

Un autre député libéral fédéral, Nathaniel Erskine-Smith, de la grande région de Toronto, dit maintenant être d'accord avec son collègue Joël Lightbound sur le fait que la rhétorique de division du gouvernement Trudeau sur la vaccination doit cesser, même s'il n'est pas entièrement d'accord avec tout ce qu'a dit son collègue québécois.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !