•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

14e jour de blocage : Jason Kenney s’attend à ce que la police applique la loi

Photo de huit tracteurs qui bloquent une autoroute. enneigée.

Pour une 14e journée, les manifestants manifestent illégalement sur l’autoroute 4, qui mène à la frontière canado-américaine.

Photo : Radio-Canada / Nassima Way

Radio-Canada

Les manifestants anti-restrictions maintiennent le barrage au poste frontalier de Coutts pour une 14e journée. Jason Kenney s'attend à ce que la police agisse.

Les manifestants de Coutts refusent toujours de quitter l’autoroute tant qu’il y aura des règles sanitaires au pays. Si le premier ministre albertain dit comprendre leurs frustrations quant aux restrictions, il condamne fermement leurs gestes.

On s'attend à ce que le Service de police fasse respecter la loi, a dit Jason Kenney, vendredi, en entrevue à l'émission Power and Politics de CBC.

Le premier ministre a rappelé que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a des outils à sa disposition, dont la Loi sur la défense des infrastructures essentielles adoptée en 2020. Cette loi a été écrite précisément pour ce genre de circonstances, a-t-il dit.

Seul un pasteur a été accusé en vertu de cette loi depuis le début du blocage. Il avait prononcé un discours incitant à la désobéissance et à la violence.

Jason Kenney spécifie toutefois qu'en tant que politicien ce n'est pas à lui de donner des ordres à la police.

Environ 44 millions de dollars de marchandise traversent le poste frontalier de Coutts chaque jour. Le premier ministre fait tout de même remarquer que l'Alberta a trois autres points d'entrée à la frontière où faire dévier la circulation.

De son côté, l'Ontario a décidé, vendredi, de déclarer l'état d'urgence. Cela ne fait toutefois pas reculer les manifestants albertains.

Ils ont peur, dit Brad, l'un des participants au blocage du sud de l’Alberta. On veut juste qu'ils éliminent l’obligation vaccinale, on veut tous partir. Tout le monde a mieux à faire qu’être ici, mais, on se bat pour notre liberté.

Par ailleurs, des appuis aux manifestants devraient arriver en plus grand nombre pour grossir les rangs pendant la fin de la semaine. Toutefois, la neige qui recouvre maintenant l'autoroute et les températures plus basses dans la région pourraient incommoder les protestataires qui dorment dans leur camion ou leur roulotte.

De son côté, après avoir remis des contraventions au milieu de la semaine, la GRC espère que les dizaines de manifestants décideront de partir par eux-mêmes.

Certains résidents du village de Coutts en ont d'ailleurs assez de ce blocage qui nuit à leur mobilité et à leur accès à des services.

Avec des informations de Nassima Way

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...