•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme : 5 hockeyeurs suspendus pour 25 matchs à l’Île-du-Prince-Édouard

Adolescent assis dans les gradins d'un aréna. Il porte une tuque grise et rouge aux couleurs des Hawks d'Halifax.

Mark Connors, un jeune hockeyeur d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, qui évolue à la position de gardien de but.

Photo : CBC / Brian MacKay

Radio-Canada

L’instance qui régit le hockey organisé à l’Île-du-Prince-Édouard suspend cinq joueurs pour 25 matchs chacun, pour avoir proféré des insultes racistes à l’encontre d’un adversaire.

Les gestes ont été posés lors d'un tournoi de l’association de hockey mineur Sherwood Parkdale, qui s’est déroulé du 18 au 21 novembre 2021 à Charlottetown.

Mark Connors, un gardien de but des Hawks d’Halifax, a dit avoir été la cible d’injures racistes à répétition lors de la compétition.

L’adolescent de 16 ans, un Noir, a été visé par des propos racistes tenus par des joueurs et des spectateurs. On lui a notamment dit que le hockey était un sport de Blancs.

Cinq joueurs avaient été suspendus indéfiniment par Hockey Î.-P.-É. (Hockey PEI), avant que le comité spécial de discipline et d’éthique formé par l’organisme ne complète son enquête et ne rende sa décision, qui a été unanime.

Les cinq jeunes suspendus devront aussi suivre une formation et une expérience d’apprentissage portant sur l’antiracisme. Ce n’est que si cet exercice de sensibilisation est effectué à la satisfaction de Hockey Î.-P.-É. que les adolescents pourront demander de réintégrer le hockey organisé.

En conférence de presse vendredi après-midi, le directeur de Hockey Î.-P.-É., Connor Cameron, a insisté sur le fait que cet exercice de sensibilisation était une composante majeure de la sanction imposée aux jeunes athlètes.

Il a déclaré qu’une formation sur les questions raciales allait être obligatoire pour tous les membres de Hockey Î.-P.-É. : joueurs, entraîneurs, arbitres, membres du conseil d’administration. Il affirme que cette initiative progresse, mais que rien ne peut être mis en place dans l’immédiat.

Des excuses à Mark Connors

L’enquête sur les événements allégués par le jeune gardien de but Mark Connors a conclu que les propos et gestes qu’il avait dénoncés s’étaient bel et bien produits lors d’un match de son équipe, les Hawks d’Halifax, contre les Tornadoes de Tyne Valley au centre sportif Simmons à Charlottetown.

L’adolescent alléguait aussi avoir subi du harcèlement raciste à l’hôtel où les participants au tournoi étaient logés. Le comité d’éthique et de discipline n’est pas parvenu à une conclusion définitive sur ces allégations, par manque de témoins.

L’enquête sur les incidents allégués à l’hôtel demeure ouverte, a dit le directeur de Hockey Î.-P.-É. Connor Cameron a demandé que toute personne ayant des informations à ce sujet se manifeste.

En point de presse vendredi, Connor Cameron s’est adressé directement à Mark Connors. Il a dit être désolé des attaques à son égard et a déclaré que l’attention devait être portée sur ce qu’il a dû vivre, et non sur Hockey Î.-P.-É.

Il a remercié le jeune hockeyeur pour son courage, et pour avoir forcé l’association de hockey mineur à réagir.

Un gardien de but de hockey en uniforme, son masque relevé sur sa tête, près de la baie vitrée après un match.

Mark Connors, 16 ans, garde les buts des Hawks d'Halifax.

Photo : Wayne Connors

Informé de la décision rendue vendredi, Mark Connors a rappelé que l’événement avait été très blessant, et dit qu'il avait dénoncé haut et fort les incidents dans l'espoir qu'aucun autre joueur n'ait à vivre la même chose.

Le jeune homme et son père ont déclaré que comparaître devant le comité pour expliquer la situation avait été une expérience pénible. Je n’ai rien inventé, a dit Mark Connors. Il doit y avoir une punition appropriée et des formations.

Son père, Wayne Connors, abonde dans le même sens.

Un père dans un aréna, le dos à la baie vitrée. Derrière lui, des joueurs ont une pratique de hockey.

Wayne Connors est le père du gardien de but Mark Connors.

Photo : CBC / Brian MacKay

Ça ne peut pas être un webinaire, ou des cases à cocher sur un ordinateur, a insisté M. Connors, vendredi. Je crois que ce sont les entraîneurs, les dirigeants, les gérants de ces équipes qui doivent suivre une formation sur la diversité. Et peut-être même aller une demi-heure sur la glace pendant un entraînement et dire : Parlons-en. Je sais que ça rend les gens inconfortables, mais il faut aborder le sujet.

Il aimerait par ailleurs que Hockey Canada joue un meilleur rôle de prévention du racisme dans le sport, et que les clubs adoptent une position plus ferme sur la question.

Les dénonciations formulées par Mark Connors lui ont valu de nombreux messages de soutien, notamment de joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH), dont P.K. Subban. Des jeunes de 4e année de l’École Saint-Augustin, à l’Île-du-Prince-Édouard, lui ont également envoyé des lettres d’appui.

Quel avenir pour le comité d’éthique?

Le directeur de Hockey Î.-P.-É. a aussi affirmé vendredi que le comité d’éthique et de discipline de l'organisme avait été restructuré durant l’examen de l’affaire. De nouveaux membres qui ont de l’expérience avec les questions délicates ont rejoint le comité, a-t-il affirmé.

Il ne s'est cependant pas étendu sur de récentes dissensions au sein du comité. On apprenait cette semaine que deux membres avaient démissionné.

Le député libéral Gord McNeilly a affirmé mercredi devant un comité parlementaire de l’Assemblée législative provinciale que les deux membres démissionnaires étaient des personnes de couleur.

En décembre, a-t-il raconté, il a participé à une des réunions du comité et l’ambiance de travail était bonne. Puis les choses ont changé. On ne parlait plus d’inviter des personnes provenant de communautés marginalisées à faire partie du comité de discipline, a ajouté M. McNeilly.

Un homme assis dans un bureau.

Connor Cameron est le directeur de Hockey Î.-P.-É., l'instance qui régit le hockey organisé à l’Île-du-Prince-Édouard.

Photo : CBC / Steve Bruce

Connor Cameron, le directeur de Hockey Î.-P.-É., a répondu au député qu’il ignorait les raisons qui avaient poussé ces deux personnes à quitter leur poste.

Malgré cela, M. Cameron a dit vendredi qu’il faisait confiance au comité d’éthique de Hockey Î.-P.-É. Nous espérons ne pas recevoir d’allégations similaires, mais nous sommes convaincus qu’avec la nouvelle structure du comité, nous serons capables de gérer ces questions, a-t-il déclaré.

Avec des infos de Gabrielle Drumond et de Julie Clow, CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.