•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’achèvement du projet d’élargissement à quatre voies de l’autoroute 101 reporté à 2024

Des voitures traversent une partie des travaux sur l'autoroute 101.

Le projet d'élargissement de la route 101 est repoussé d'un an parce qu'une décision n'a pas encore été prise sur la façon de traverser la rivière Avon à Windsor, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Paul Whithers

L'achèvement du projet d'élargissement à quatre voies de la route 101 en Nouvelle-Écosse entre Three Mile Plains et Falmouth est officiellement reporté à 2024.

La ministre des Travaux publics, Kim Masland, explique que le projet devait initialement être achevé à l'automne 2023, mais qu’il continue d'être retardé par des discussions sur ce qui remplacera la chaussée et l'aboiteau de la rivière Avon près de Windsor.

Nous attendons d'autres commentaires et l'approbation du régulateur fédéral, dit la ministre.

Elle ajoute que les travaux se poursuivront dans la mesure du possible, mais que les deux tronçons de route ne peuvent pas être reliés au-dessus de la rivière tant que la façon de traiter le passage du poisson n'aura pas été déterminée.

La ministre Masland dit que la province a modifié ses plans à la demande d'Ottawa, mais qu'il n'y a pas encore d'accord final.

Malheureusement, il y a eu beaucoup de va-et-vient et le projet est retardé à cause de cela, dit-elle.

Il est dans son bateau bien protégé contre la neige et le froid.

Darren Porter est un pêcheur et membre du groupe de liaisons communautaire pour le projet d'élargissement de l'autoroute 101.

Photo : gracieuseté de Darren Porter

À mon avis, c’est seulement une histoire de politique, dit Darren Porter qui est agent de liaison communautaire pour ce projet.

Le gouvernement provincial retarde le projet et met la vie des gens en danger quand il pourrait simplement construire un pont qui laisse passer les marées.

Il se range du côté des Premières Nations, des écologistes et de bien des résidents qui voudraient remettre la rivière Avon dans son état original et permettre le passage des poissons en tout temps.

La province propose une construction qui assurer en partie le passage des poissons, mais qui maintiendrait également le lac Pisiquid, qui a été créé par l'aboiteau actuel.

Le lac a connu des périodes sèches plus longues que la normale depuis que l'ancienne ministre des Pêches, Bernadette Jordan, a édicté un décret afin que les portes de l'aboiteau restent ouvertes pour favoriser le passage des poissons.

La ministre Masland insinue que les retards sont causés par les Premières Nations et les environnementalistes, mais au fond ils sont causés par la province, croit Darren Porter.

Il comprend mal pourquoi tout ce temps et toute cette énergie sont investis pour sauvegarder un lac artificiel.

La ministre Kim Masland dit que les consultations avec les Premières Nations sur la question se poursuivent.

Elle ajoute que les coûts du projet, estimés à 151 millions $, risquent d’augmenter avec le retard prévu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !