•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le long retrait des Expos de Montréal

Des joueurs des Expos et le gérant Felipe Alou sont assis sur un banc.

Le Téléjournal, 7 octobre 1998.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 20 ans, le 12 février 2002, le propriétaire des Expos de Montréal, Jeffrey Loria, vendait l’équipe de baseball aux ligues majeures pour 120 millions de dollars et acquérait les Marlins de la Floride. L’équipe a joué son dernier match à Montréal en 2004, mais le déclin des Expos avait commencé dès les années 1990, comme en témoignent nos archives.

En 1994, alors que les Expos connaissent la saison la plus fructueuse de leur histoire et dominent le classement de la ligue de baseball majeur, une grève éclate dans le circuit.

Propriétaires et joueurs ne s’entendent pas sur l’instauration d’un plafond salarial. Le conflit de travail va durer 234 jours et occasionner des pertes de 800 millions de dollars pour les propriétaires.

Pour faire face aux contraintes budgétaires, les Expos se départent de plusieurs de leurs joueurs étoiles en avril 1995. Avec le départ John Wetteland, Marquis Grissom, Larry Walker et Ken Hill, l’équipe ne sera plus jamais la même.

En 1996, Claude Brochu commence sa campagne de séduction afin d'attirer des investisseurs privés et publics pour réaliser un projet de stade au centre-ville de Montréal. C'est l’unique façon, selon lui, de sauver l’équipe.

Reportage de Philippe Schnobb au sujet du départ de Claude Brochu comme président des Expos. Un rappel de la saga du projet de stade au centre-ville et des tensions qui ont surgi au cours des dernières années.

Le 7 octobre 1998, au Téléjournal, le journaliste Philippe Schnobb revient sur cette saga au moment où les actionnaires du club s’entendent avec Claude Brochu, qui accepte de tirer sa révérence après des tentatives ratées de construction d’un stade au centre-ville de Montréal.

« Si ça ne fonctionne pas, on ne pourra pas survivre, donc oui, le club va être vendu. »

— Une citation de  Claude Brochu, propriétaire des Expos de Montréal

« On ne demandera pas à des travailleurs de payer plus de taxes en dollars canadiens pour permettre à des joueurs de baseball de maintenir des salaires de millions de dollars par année en dollars américains. »

— Une citation de  Lucien Bouchard, premier ministre du Québec

Le 9 décembre 1999, au Téléjournal, Philippe Schnobb couvre l’arrivée de Jeffrey Loria à la tête des Expos de Montréal.

Reportage de Philippe Schnobb au sujet de la vente à 75 millions des Expos à Jeffrey Loria, un riche marchand d’art de New York.

Jeffrey Loria, un marchand d’art new-yorkais de 58 ans, jure alors de tout mettre en œuvre pour faire des Expos un club gagnant. Il promet d’augmenter la masse salariale de 50 %.

Le ministre des Finances du Québec, Bernard Landry, s’engage à payer les intérêts sur un prêt de 100 millions de dollars pour un nouveau stade, soit huit millions par année. Le maire de Montréal, Pierre Bourque, promet quant à lui une exemption de taxes pour le nouveau stade. Cependant, faute d’appui, ce nouveau stade ne verra jamais le jour.

Les Expos continuent de perdre et de nombreux sièges du Stade olympique demeurent vides. Au début des années 2000, l’assistance au stade est en forte baisse. Par exemple, en mars 2001, à neuf jours de l’ouverture de la saison, on ne compte que 2500 abonnements saisonniers vendus, comparativement à 3700 l'année précédente.

C’est également en 2001 que Jeffrey Loria congédie Felipe Alou, gérant de l’équipe depuis 1992. Ce geste est perçu par plusieurs partisans comme l'annonce du départ des Expos, ainsi que l’explique Camille Dubé au Téléjournal le 31 mai 2001.

Reportage du journaliste Camille Dubé sur le congédiement du gérant des Expos de Montréal, Felipe Alou. Le bulletin de nouvelles est animé par Dominique Poirier.

En juin 2002, le club de baseball en est réduit à avoir recours à du porte-à-porte pour tenter d'accroître le nombre de spectateurs au stade. Une trentaine de vendeurs itinérants parcourent les quartiers de Montréal pour proposer un forfait et pour recruter des amateurs.

Le 12 février 2002, le comité des propriétaires du baseball majeur approuve la vente des Expos pour 120 millions de dollars et l'acquisition par Jeffrey Loria des Marlins de la Floride.

En 2003, les Expos passent en garde partagée entre Montréal et San Juan, à Porto Rico.

Le 29 septembre 2004, quelques heures avant le dernier match à domicile, le baseball majeur confirme le transfert des Expos à destination de Washington.

Dialogue et reportage de Diane Sauvé, en direct du dernier match des Expos à Montréal que l’équipe a malheureusement perdue et où les émotions sont fortes. Le bulletin de nouvelles est animé par Bernard Derome.

La journaliste Diane Sauvé assiste alors à l’ultime match des Expos au Stade olympique et recueille les commentaires des amateurs.

Les Expos subissent une défaite de 9 à 1 contre les Marlins de la Floride devant 31 000 personnes venues assister à ce match tristement historique.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.