•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Collège Dawson réclame le maintien du financement pour son agrandissement

Le Collège Dawson.

Le Collège Dawson évalue le besoin d’espace supplémentaire à environ 30 000 mètres carrés d'ici à 2028-2029.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Collège Dawson dit souffrir d'un déficit d'espace reconnu par le gouvernement Legault depuis décembre dernier et dénonce la volte-face du ministère de l'Enseignement supérieur, qui hésite à financer son projet d'agrandissement.

Le gouvernement avait évoqué un financement de 100 millions de dollars pour réaliser les travaux nécessaires à son expansion, mais la semaine dernière, la ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, a signalé à l'administration de Dawson qu'il lui faudrait travailler sur des options alternatives, laissant présager l'abandon du financement.

Les dirigeants de l'établissement d'enseignement ont tenu un point de presse, jeudi matin, afin de rétablir les faits et expliquer les impacts [de ce revirement] sur le collège Dawson et sur les autres cégeps.

Il ne s’agit pas d’un projet d'expansion en vue d'accueillir davantage d’étudiants, a souligné le président du conseil d’administration du Collège Dawson, Michael Goldwax, mais bien de recevoir les étudiants dans un environnement adéquat en termes d'espace et propice à l’apprentissage.

Le financement demandé par l'administration devait servir à construire de nouvelles classes, des installations pour la formation professionnelle, comme une clinique-école, et des espaces pour les enseignants contraints de travailler jusqu'à six dans leurs bureaux, a expliqué la directrice générale de l'établissement, Diane Gauvin.

Dans leur état actuel, les installations ne répondent pas aux besoins des programmes et l'innovation pédagogique se voit limitée en raison des espaces exigus, a-t-elle déploré.

Tabletter ce projet aurait un impact négatif sur les étudiants et sur le corps professoral, a renchéri M. Goldwax.

Croissance démographique connue

L'explosion démographique qui affecte les cégeps est connue du gouvernement depuis plusieurs années et devrait atteindre son sommet en 2029, a rappelé Mme Gauvin. Localement, le gouvernement Legault a reconnu le déficit d'espace du Collège Dawson le 6 décembre 2021.

La présidente du Regroupement des cégeps de Montréal, Nathalie Vallée, estime que cette augmentation de l’effectif étudiant est une excellente nouvelle pour Montréal et pour le Québec. Cela dit, les établissements d'enseignement supérieur doivent se préparer à accueillir davantage d'étudiants, a dit Mme Vallée, invitée à prendre la parole dans le cadre de la conférence de presse.

« Si nous pouvons moins accueillir d’étudiants collectivement, ce qui va se passer, c’est que des étudiants ne trouveront pas de place dans le collège de leur choix. Alors, c’est une décision qu’il ne faut pas prendre à la légère. »

— Une citation de  Nathalie Vallée, présidente du Regroupement des cégeps de Montréal

Par ailleurs, la directrice générale du Collège Dawson dit s'être fait reprocher par la ministre McCann de ne pas respecter les limites d'admission imposées par le ministère. Diane Gauvin rétorque que si les inscriptions actuelles sont si élevées par rapport à l'espace disponible, c'est parce que Dawson a répondu à la demande du ministère d'accueillir davantage d'étudiants en 2010.

Il y a actuellement 7915 étudiants inscrits au Collège Dawson. En se fiant aux prévisions ministérielles sur l'augmentation de l'effectif étudiant, l'établissement s'attend à recevoir 9167 demandes d'admission en 2029.

Discrimination fondée sur la langue d'enseignement

Selon Mme Gauvin, l'hésitation gouvernementale constitue un geste discriminatoire fondé sur la langue d'enseignement du Collège Dawson, le plus grand cégep anglophone du Québec.

Toujours selon la directrice générale, la ministre McCann lui aurait expliqué lors d'une rencontre que le gouvernement a choisi de prioriser les étudiants francophones, tandis que le premier ministre François Legault souhaiterait d'abord aider les cégeps francophones.

« Je crois que c’est une exagération de dire que les cégeps anglophones participent à l’anglicisation. [...] Il ne faut pas confondre le bilinguisme et l’anglicisation. »

— Une citation de  Diane Gauvin, directrice générale du Collège Dawson

Finalement, le Collège Dawson souhaite être traité équitablement par rapport aux autres cégeps de la province, a dit Nathalie Vallée.

Évidemment, la cagnotte du gouvernement n’est pas sans fond, on comprend bien ça. Tous les établissements collégiaux comprennent bien que le ministère a ses limites en termes de financement. Mais il doit y avoir une reconnaissance des besoins, a-t-elle réclamé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !