•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petits foyers communautaires vont offrir plus d’activités aux personnes handicapées

Un travailleur de soutien assiste une femme à l'aide d'un ordinateur dans cette photo de stock.

Les employés des nouveaux foyers communautaires en Nouvelle-Écosse aideront les résidents à s’inscrire à des activités de leur région qu'ils pourraient vouloir essayer, comme suivre un cours d'informatique. (Miriam Doerr et Martin Frommherz/Shutterstock)

Photo : Shutterstock / Miriam Doerr et Martin Frommherz

Radio-Canada

Les Néo-Écossais handicapés qui quittent les grands centres de soins pour aménager dans des plus petits foyers auront un plus large éventail d'activités parmi lesquelles choisir dans le cadre d'un nouveau projet pilote.

Le gouvernement provincial annonce l'initiative My Days. Le projet va commencer par 40 personnes, dont la moitié sont des résidents qui partent du Harborside Lodge, un centre de soins résidentiels pour adultes à Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, qui est en train de fermer.

Certaines personnes veulent faire du bénévolat à la SPCA. Nous en avons d'autres qui veulent pouvoir aller patiner ou peut-être suivre un cours d'informatique ou travailler quelque part, faire du bénévolat , de tout, du tricot à la pâtisserie, explique la ministre des Services communautaires, Karla MacFarlane.

Les employés des nouveaux foyers plus petits vont aider les résidents à se joindre à des activités de leur région qu'ils voudraient essayer.

Il y a actuellement 10 petits foyers pour personnes à besoins particuliers en construction dans la province. Il y en a quatre à Yarmouth, deux à Shelburne et un à Digby, Bridgewater, Halifax et dans la vallée d'Annapolis.

Un maximum de quatre résidents vont vivre dans chaque maison, où ils recevront les soins et autres soutiens nécessaires.

La ministre répond aux questions des journalistes.

Karla MacFarlane, ministre des Services communautaires, affirme que la participation au projet pilote se fera sur une base volontaire pour les résidents.

Photo : Radio-Canada

La ministre assure que la participation au projet My Days est sur une base volontaire pour les résidents.

Il s'agit de passions et de désirs individuels et de la façon dont ils veulent s'impliquer dans la communauté, précise-t-elle. Nous avons entendu haut et fort les participants et les familles, et nous savons que nous devons élargir les programmes pour qu'ils se sentent davantage dans une communauté.

L'objectif est que les 40 résidents emménagent dans leurs nouvelles maisons d'ici la fin de l'année.

Ils pourront certainement y participer d'ici la fin de 2022 et peut-être avant, à partir du moment où ils seront dans leur foyer communautaire, dit Karla MacFarlane.

La province confirme que l'argent pour l'initiative provient d'un financement déjà approuvé.

Même si le programme va débuter avec des résidents qui déménagent dans des établissements communautaires, la province veut éventuellement l’élargir pour inclure d'autres personnes qui participent actuellement à des programmes de jour.

Avec les information d'Anjuli Patil de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !