•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle-Zélande : 120 manifestants antivaccins ont été arrêtés

La police arrête des manifestants contre les mesures sanitaires au Parlement à Wellington, en Nouvelle-Zélande.

La manifestation a commencé mardi lorsque plus de 1000 personnes ont convergé vers le parlement néo-zélandais dans un convoi inspiré des manifestations au Canada et ailleurs dans le monde.

Photo : AP / Mark Mitchell

Agence France-Presse

Des heurts ont éclaté jeudi près du parlement néo-zélandais à Wellington entre la police et des manifestants antivaccins contre la COVID-19, rassemblés depuis trois jours et dont plus de 120 ont été arrêtés.

Les forces de l'ordre sont intervenues pour disperser ce rassemblement et en particulier démanteler le campement impromptu installé près du parlement, pendant que des militants chantaient des hakas maoris, criant tenez les positions face à la progression des policiers.

Ces derniers ont reçu des coups de poing et des coups de pied tout en étant invectivés par des slogans tels que ce n'est pas la démocratie, honte à vous ou encore abandonnez l'obligation.

Les autorités ont fermé l'enceinte du parlement, ce qui se produit très rarement, pour éviter que les manifestants ne reçoivent de renforts.

La police a avancé dans l'enceinte du parlement, mais s'est repliée derrière des barricades en fin d'après-midi, alors que les manifestants applaudissaient et criaient victoire.

L'évacuation pourrait prendre des jours, selon le commandant de la police de Wellington Corrie Parnell, qui accuse certains militants d'utiliser les enfants comme boucliers humains pour tenir la police à l'écart.

Il est regrettable de constater qu'en dépit de la fermeture officielle de la place au public plus tôt dans la journée, un certain nombre de manifestants refusent les exhortations répétées à quitter l'enceinte, a-t-il déclaré.

Le quartier du parlement de Wellington bloqué

Ce rassemblement commencé mardi faisait écho au mouvement baptisé Convoi pour la liberté initié fin janvier par des camionneurs canadiens dénonçant la vaccination obligatoire pour traverser la frontière avec les États-Unis ainsi que toutes les mesures sanitaires. Ils bloquent depuis une semaine la capitale Ottawa, ont organisé des manifestations dans plusieurs grands centres urbains et ont inspiré des mobilisations similaires dans d'autres pays.

En Nouvelle-Zélande, des centaines de caravanes motorisées et de camions ont bloqué mardi le quartier du parlement de Wellington. La plupart sont partis après 24 heures, mais un noyau dur est resté, déterminé à occuper les lieux aussi longtemps que nécessaire.

Le vice-premier ministre Grant Robertson a fait savoir que la patience des habitants concernant les perturbations causées par cette mobilisation était épuisée et que la police devait intervenir.

Les rues de la ville sont bloquées, les commerces et entreprises ont dû fermer, les gens se sentent menacés et intimidés par certains manifestants, a-t-il indiqué sur Radio New Zealand en marge de l'action policière, pour laquelle des renforts d'une centaine d'agents avaient été dépêchés.

Des habitants de la capitale se sont plaints d'être pris à partie parce qu'ils portaient un masque de protection et plusieurs commerces proches du parlement ont été contraints de fermer parce que leurs employés demandaient à vérifier les passeports sanitaires.

La mairie de Wellington a prévenu que ses agents allaient commencer à distribuer des contraventions aux propriétaires des véhicules bloquant les rues dans le cadre de la mobilisation anti-mesures sanitaires.

Une femme ayant refusé de donner son nom a accusé les policiers d'avoir provoqué la foule. C'était une manifestation pacifique, ce qu'ils ont fait est une honte, témoigne-t-elle.

Je n'aurais jamais imaginé voir cela en Nouvelle-Zélande, a-t-elle ajouté.

La Nouvelle-Zélande a rendu obligatoire la vaccination contre la COVID-19 pour les personnes travaillant dans les secteurs de la santé, du maintien de l'ordre, de l'éducation et de la défense. Ceux qui refusent risquent le renvoi. Une preuve de vaccination est nécessaire dans les restaurants, les événements sportifs et les services religieux.

Selon la première ministre Jacinda Ardern, 96 % des Néo-Zélandais se sont fait vacciner.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !