•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Cette année, la neige n’est pas mon amie » : incursion dans la vie d’un déneigeur

Réjean Leblanc au volant d'un camion de déneigement.

Réjean Leblanc et ses collègues travaillent jusqu'à 16 heures par jour après des tempêtes.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Réjean Leblanc déneige les rues de Dieppe au Nouveau-Brunswick depuis maintenant 12 ans, mais cet hiver sort de l’ordinaire. Après quatre tempêtes majeures depuis le mois de janvier, les équipes de la ville doivent travailler sans relâche pour rendre le réseau routier sécuritaire, soit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.


Chargement de l’image

Réjean Leblanc travaille à la Ville de Dieppe depuis maintenant 12 ans.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

On retrouve Réjean Leblanc vers 10 h 15 mardi matin, mais son quart de travail était déjà bien entamé. Depuis le début de l’année, il commence régulièrement ses journées à 8 h, pour les terminer seulement à minuit.

Comment va le moral? Les gens sont fatigués , laisse-t-il tomber. Toutefois, ce n’est pas la fatigue qui va l’empêcher d’aimer ce qu’il fait et d'aider ses collègues. On s'accorde bien, le monde rit, le monde fait desjokes, on essaie de ne pas s'énerver les uns après les autres.


14 jours pour déneiger

Chargement de l’image

Les opérations de déneigement peuvent prendre jusqu'à 14 jours après une tempête majeure.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Trente-deux employés font partie du service de déneigement de la Ville de Dieppe, dont quatre contremaîtres qui définissent les priorités de la journée. Réjean Leblanc commence sa journée par les priorités 1, soit les grandes artères — celles où les risques d’accident sont plus élevés.

En règle générale, les opérations de déneigement peuvent prendre jusqu’à 14 jours après une tempête majeure. Dans les dernières semaines, les tempêtes se sont multipliées, laissant peu de temps entre chacune d'elles pour permettre aux déneigeurs de terminer le travail.

« J'aime la neige quand c'est la moitié de ceci. Maintenant, je n’aime pas la neige. Cette année, la neige n’est pas mon amie. »

— Une citation de  Réjean Leblanc

20 minutes pour dîner

Chargement de l’image

Les déneigeurs doivent recharger leurs camions de sel plusieurs fois par jour.

Photo : Radio-Canada

Midi arrive. Par contre, ce n’est pas tout à fait le temps pour Réjean Leblanc de prendre sa pause du lunch. Il doit d’abord charger de nouveau son camion avec du sel. Dès que c’est terminé, il prend à peine 20 minutes de pause avant de regagner le volant de son camion.

D'habitude, dans des tempêtes, il n'y a pas de pause dans l'après-midi. On dîne et on se rend jusqu'au changement de quart de travail […] On n’a pas le temps de s’arrêter l’après-midi, parce qu’il est temps de déneiger. Il est temps de faire le travail, explique Réjean Leblanc.


Des appels constants des citoyens

Chargement de l’image

Le centre des opérations de la Ville de Dieppe reçoit plus d'appels de la part de citoyens que les hivers précédents.

Photo : Radio-Canada

Cet hiver est particulier. Le téléphone sonne souvent au centre des opérations de Dieppe. L’accumulation de neige sur les trottoirs et les rues fait réagir les citoyens, mais Réjean Leblanc aimerait que le public fasse preuve d’un peu de patience.

« Je comprends que tous les gens qui appellent ne savent pas quels sont nos défis. Mais on a beaucoup de défis cette année. Les gens sont frustrés, il y a beaucoup de neige. On est frustrés nous autres aussi, mais on essaie du mieux qu'on peut. »

— Une citation de  Réjean Leblanc

Un deuxième quart de travail

Chargement de l’image

Les changements de quart de travail ont lieu trois fois par jour à la Ville de Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Après 8 heures sur les routes de priorité 1 et 2, il est presque 16 h. C’est le temps du changement de quart de travail. Les équipes se réunissent au centre des opérations pour se faire affecter à de nouvelles tâches pour le reste de la journée.

Réjean Leblanc est déjà prêt. Il prend les clés d’un autre camion, et quitte le centre vers un second quart de travail pour les huit prochaines heures. À quand les prochains congés? Cette fin de semaine, si tout se passe bien. […] Ce sera un repos bien mérité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !