•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une concentration en sauvetage sportif offerte au Séminaire de Chicoutimi

Des élèves nagent dans une piscine.

Le Séminaire de Chicoutimi offre cette année une nouvelle concentration en sauvetage sportif.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Radio-Canada

Le Séminaire de Chicoutimi a peut-être trouvé une piste de solution à la pénurie de sauveteurs qui revient depuis plusieurs étés. L'école secondaire privée offre cette année une concentration en sauvetage sportif à ses élèves.

Au bout de cinq années de secondaire, les élèves auront complété toutes les étapes de certification pour devenir sauveteur national.

Cet automne, ils ont débuté leur parcours dans la concentration sauvetage sportif, nouvellement offerte par l’établissement. Avec 37 élèves inscrits, le Séminaire ne s'attendait pas à une telle popularité.

C'est la beauté des concentrations, souligne la directrice de l'école secondaire privée, Bianca Tremblay. On inclut le sport à un niveau très élevé d'entraînement, tout en gardant 100 % des cours et du cheminement scolaire.

Des adolescents nagent sur le dos dans une piscine intérieure.

Les élèves suivent leurs cours à la piscine du complexe l'Axe.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Les élèves sont transportés par autobus à la piscine du complexe l'Axe, à Chicoutimi. Les cours sont donnés chez Aquatitude, dont la propriétaire est Sandra Bérubé.

On les forme pour devenir sauveteurs, donc ils ont trois formations à faire : le Médaille de bronze, le Croix de bronze et le Sauveteur national, explique celle qui est également formatrice en natation.

Cours intégrés au cursus scolaire

Après une journée complète d'école, une quinzaine d'élèves du Séminaire de Chicoutimi plongent dans la piscine.

Edward Racine, qui avait pris une pause dans son parcours de sauveteur, est heureux de reprendre l'entraînement à même son cursus scolaire.

« C'est vraiment plaisant, parce que si je le faisais en dehors de l'école, c'était la fin de semaine. Vu que c'était un cours intensif, ça me prenait quasiment un mois complet où je n'avais pas de fin de semaine. Pouvoir le faire après mes cours, c'est vraiment agréable. »

— Une citation de  Edward Racine

Une initiative saluée

Le manque de sauveteurs à l'échelle du Québec s'est accentué depuis le début de la pandémie de COVID-19.

En 2020 et 2021, environ 5000 jeunes de moins se seraient inscrits aux cours de Médaille de bronze en raison des fermetures de piscines.

Des élèves debouts à l'extérieur d'une piscine intérieure.

Au bout de leurs études secondaires, les élèves auront complété les étapes de certification pour devenir sauveteur national.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Dans ce contexte, la Société de sauvetage salue l'initiative. Lorsque je vois que ça fait vraiment partie du cursus scolaire pour les élèves, je ne peux pas faire autrement que de dire que ça va nous aider, souligne Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage du Québec.

Le responsable des sports au Séminaire de Chicoutimi, Martin Renaud, estime que Saguenay pourra bénéficier des impacts de la nouvelle concentration sportive.

C'est génial aussi ce que ça va redonner à la Ville de Saguenay, on le sait que c'est une pénurie les sauveteurs dans tout ce qu'il y a de Ville de Saguenay, les campings… C'est sûr que ça va être très aidant pour eux et je pense que c'est une belle fierté, avance-t-il.

Une quinzaine d'élèves devraient avoir leur médaille de bronze d'ici la fin de l'année scolaire.

Déjà cet été, certains des élèves les plus avancés pourraient être embauchés comme aides-sauveteurs.

D’après un reportage de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !